Agriculture de précision 12 000 ha pour le réseau be Api

Agrodistribution | Publié le jeudi 05 octobre 2017 - 16h01

Un an après son lancement, be Api, réseau d'InVivo proposant des services d'agriculture de précision intraparcellaire, a concerné 12 000 ha, pour une centaine d'agriculteurs. Objectif, « repositionner les coopératives comme les leaders de l'agriculture de précision en France ».

De gauche à droite, William Blanchet, agriculteur, Bruno Estanguet, conseiller agro-environnement chez Val de Gascogne, Thierry Darbin, directeur de be Api, Benoît Dreux, directeur de Défisol services et Laurent Maillard, responsable réseau be Api. © M. COISNE

De gauche à droite, William Blanchet, agriculteur, Bruno Estanguet, conseiller agro-environnement chez Val de Gascogne, Thierry Darbin, directeur de be Api, Benoît Dreux, directeur de Défisol services et Laurent Maillard, responsable réseau be Api. © M. COISNE

« L'API (agriculture de précision intraparcellaire), c'est un gisement économique et environnemental pas suffisamment exploité », a résumé Thierry Darbin, directeur de be Api, lors d'une conférence de presse à Paris, le 4 octobre. Soit dans le cas de be Api, une gamme de services, de l'élaboration de cartes au conseil agronomique intraparcellaire.

Objectif : 20 000 ha en plus

La démarche a été lancée il y a un an dans trois coopératives, Cap Seine, Val de Gascogne et Sèvre-et-Belle. Aujourd'hui, be Api, qui explique être un réseau de coopératives développant des solutions en API, annonce, pour la campagne 2016-2017, 12 000 ha couverts, soit une centaine d'agriculteurs impliqués et 32 coopératives. Elle vise 20 000 ha supplémentaires pour la nouvelle campagne.

Techniquement, be Api s'appuie sur sa filiale R & D, Défisol services, et sur les autres filiales du groupe InVivo, comme le studio Agro-Digital à Monptellier et Smag, avec lesquels il a développé un logiciel spécifique.

Une démarche d'entreprise

« Ce qu'on a souhaité avec be Api, c'est proposer un service qui repositionne les coopératives comme les leaders de l'agriculture de précision en France », appuie Thierry Darbin. En pratique, les coopératives partenaires ont signé une convention de fonctionnement, qui fixe les droits et les devoirs de chacun. be Api est piloté par un comité de direction de 13 coopératives, un comité opérationnel de 10 coopératives, et un comité technologique de 14 coopératives.

Premier pas pour les coops : former ses équipes. Pour cela, be Api a mis en place des modules de formation, et un « webinar », pour les formations en ligne. « be Api s'intègre dans une démarche d'entreprise », explique Laurent Maillard, responsable du réseau. Ce qui freine les nouvelles recrues ? « Comme partout, il y a beaucoup de dossiers à gérer dans les coopératives. Il faut pouvoir mobiliser les ressources suffisantes, tout dépend des priorités données », répond Thierry Darbin.

Des freins à lever chez les agriculteurs

Quant aux exploitants, si pour be Api, « les feux sont au vert », des freins persistent. Un sondage mené chez Val de Gascogne a montré que le premier reste le non-équipement. Le coût financier a aussi été évoqué. Avec un montant estimé par William Blanchet, agriculteur dans le Gers, à 140 €/ha, les sommes grimpent vite.

« Mais la démarche est reconnue par le Crédit Agricole comme un investissement comme les autres », indique Laurent Maillard. Le retour sur investissement prend en général trois ans », entre économies d'intrants et gains de rendement. Le fermage et l'approche de la retraite ont aussi été évoqués.

Marion Coisne

 Soyez le premier à commenter cet article
Commentaires : Fonctionnalité réservée aux abonnés

Si vous êtes abonné, inscrivez-vous ou identifiez-vous en haut du site. Vous aurez besoin de votre numéro d’abonné.

Je m'inscris

Si vous n'êtes pas abonné, vous pouvez profiter de l’intégralité des contenus du site www.agrodistribution.fr en vous abonnant à la revue Agrodistribution.

Je m'abonne

Découvrez notre revue papier pendant 2 mois ainsi que tous les contenus du site www.agrodistribution.fr en remplissant le formulaire suivant :

Je découvre

Charte des commentaires

Cours et marchés

Céréales

Blé tendre
- 11/12/2017

  • Rendu Rouen
  • standard janv. mars N (nominale) 2017
  • 153 €/t
  • Fob Creil
  • janv. juin N (nominale) 2017
  • 144 €/t

Blé dur
- 05/12/2017

  • Rendu Port-La-Nouvelle
  • déc. A (acheteur) 2017
  • 205 €/t

Maïs
- 11/12/2017

  • Rendu Bordeaux
  • fourrager janv. mars A (acheteur) 2017
  • 148 €/t
  • Fob Creil
  • fourrager déc. mars N (nominale) 2017
  • 150 €/t

Orge de brasserie
- 11/12/2017

  • Fob Creil
  • Explorer, 11,5 % maxi 2017
  • 197,5 €/t

Orge de mouture
- 11/12/2017

  • Rendu Rouen
  • déc. mars N (nominale) 2017
  • 145 €/t
Tous les cours et tendances

Contactez-nous

Une question
ou une
remarque
sur le site,
sur nos
articles ou sur
votre abonnement ?

contactez agrodistribution
Les publications du Groupe France Agricole

Le Groupe France Agricole compte également une maison d'édition : les éditions France Agricole et une activité événements : GFA Events

Conformément aux dispositions de la loi n° 98-536 du 1er juillet 1998 portant transposition dans le code de la propriété intellectuelle de la directive 96/9 CE du 11 mars 1996 concernant la protection juridique des bases de données, Agrodistribution.fr est producteur et propriétaire de tout ou partie des bases de données composant le présent site.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin de nous permettre d’améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus et paramétrer les traceurs. OK