Auvergne Chez Limagrain, les phytos, ce ne sont que « quelques millions d’euros »

Agrodistribution | Publié le mardi 16 janvier 2018 - 16h57

Lors d'un déjeuner avec la presse, à Paris, le 16 janvier, Limagrain est revenu sur le redressement de son résultat net ainsi que sur les EGalim dont l'annonce de la séparation du conseil et de la vente. Pour enfin menacer de ne plus faire de recherche en France si les saccages de parcelles d'essais se reproduisent.

Jean-Yves Foucault, président, et Damien Bourgarel, directeur général de Limagrain © R. FOURREAUX

Jean-Yves Foucault, président, et Damien Bourgarel, directeur général de Limagrain © R. FOURREAUX

Après s'être présenté à la presse, le nouveau directeur général de Limagrain, Damien Bourgarel, a embrayé sur les Etats généraux de l'alimentation (EGalim) « qui vont contribuer à redéfinir notre modèle agricole et agroalimentaire français ». Même s'il trouve que pour l'instant, ça n'a rien changé concernant les négociations commerciales, le président Jean-Yves Foucault, a salué l'initiative du gouvernement « car cela a amené à la même table des gens qui échangeaient très peu voire pas du tout ».

Il a néanmoins souligné l'importance « d'avoir un cadre, un guide, sur ce que l'on attend des agriculteurs, et un peu de temps pour ces adaptations. » Et de mettre en avant son modèle de « circuit court agro-industriel » avec achat de blé auprès de ses adhérents dans un tunnel de prix, dont « le prix plancher est aujourd'hui 15 à 20 euros au-dessus du marché ».

« La coopérative est d’abord un outil de collecte »

Interrogé par nos soins sur la question de la séparation du conseil et de la vente des phytos, Jean-Yves Foucault fait clairement le choix du conseil étant donné le positionnement filière de Limagrain, sachant que la vente ne représente que « quelques millions d'euros » pour cette petite coopérative. « On est d'abord un outil de collecte », a-t-il ajouté.

« Vous allez la garder comment la vente avec un réseau de distribution internet qui va se mettre à contacter tous nos adhérents ? », s'est-il de toute façon défendu, ajoutant que la distribution agricole « va se faire bousculer sérieusement ». « Le conseil, soit on le vendra, soit on l’intégrera dans nos filières, mais il faudra inventer quelque chose de nouveau. »

« Sortir la recherche du territoire national, ce serait un crève-cœur »

Sur un autre sujet, Limagrain s'est vu saccagé le 14 décembre dernier, à Verneuil-l'Etang (Seine-et-Marne), 37 hectares de blé d'essais pourtant « issus d'une sélection extrêmement classique ». « Si on a une répétition de ce genre de problèmes, je serai le premier à conseiller le groupe de sortir la recherche du territoire national », a menacé Jean-Yves Foucault, ajoutant que cela pourrait entraîner le mouvement des centres de décision.

« Ce serait un crève-cœur et ce n'est pas du tout ce que nous souhaitons », a-t-il précisé en demandant que « la justice sanctionne suffisamment » le « groupuscule » en question pour le dissuader de recommencer.

Attentif à toute opportunité en semences de maïs

Quatrième semencier mondial, Limagrain a enregistré en 2016-2017 un chiffre d'affaires de 2,6 milliards d'euros (+ 4,5 %) et doubler son résultat net à 92 millions d'euros « après une année très difficile », a ajouté Damien Bourgarel. Jean-Yves Foucault a salué « le redressement du résultat » en ajoutant que « le groupe doit avoir un résultat compris entre 80 et 100 millions d'euros », s'il veut envisager des acquisitions.

Limagrain cherche en effet à étendre ses positions mondiales pour son espèce phare, le maïs, en particulier en Afrique, en Asie et Amérique du Sud. Dans ce dernier continent, l'objectif est de doubler ses parts de marché, à 10 %. Si le groupe se refuse à dire s'il s'est positionné sur le rachat du semencier Nidera seeds, repris finalement par Syngenta, le dossier a été « regardé ». Pour 2017-2018, Limagrain attend une progression de 5 % du chiffre d'affaires en semences de grandes cultures, et 4 % en semences potagères.

Renaud Fourreaux

 Soyez le premier à commenter cet article
Commentaires : Fonctionnalité réservée aux abonnés

Si vous êtes abonné, inscrivez-vous ou identifiez-vous en haut du site. Vous aurez besoin de votre numéro d’abonné.

Je m'inscris

Si vous n'êtes pas abonné, vous pouvez profiter de l’intégralité des contenus du site www.agrodistribution.fr en vous abonnant à la revue Agrodistribution.

Je m'abonne

Découvrez notre revue papier pendant 2 mois ainsi que tous les contenus du site www.agrodistribution.fr en remplissant le formulaire suivant :

Je découvre

Charte des commentaires

Cours et marchés

Oléagineux

Colza
- 20/11/2018

  • Rendu Rouen
  • janv. mars N (nominale) 2018
  • 366 €/t
  • Fob Moselle
  • janv. mars N (nominale) 2018
  • 374 €/t

Tournesol
- 20/11/2018

  • Rendu Saint-Nazaire
  • nov. mars N (nominale) 2018
  • 305 €/t
Tous les cours et tendances

Contactez-nous

Une question
ou une
remarque
sur le site,
sur nos
articles ou sur
votre abonnement ?

contactez agrodistribution
Les publications du Groupe France Agricole

Le Groupe France Agricole compte également une maison d'édition : les éditions France Agricole et une activité événements : GFA Events

Conformément aux dispositions de la loi n° 98-536 du 1er juillet 1998 portant transposition dans le code de la propriété intellectuelle de la directive 96/9 CE du 11 mars 1996 concernant la protection juridique des bases de données, Agrodistribution.fr est producteur et propriétaire de tout ou partie des bases de données composant le présent site.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin de nous permettre d’améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus et paramétrer les traceurs. OK