Conseil et vente  Une séparation capitalistique en gardant les CEPP

Agrodistribution | Publié le mercredi 20 décembre 2017 - 18h13

Le 20 décembre, la veille de la journée de restitution des EGalim, le ministère de l'Agriculture a fait un brief informel. Avec une annonce sur la séparation du conseil et de la vente pour les phytos : elle sera « capitalistique », en préservant les CEPP.

 Lancés le 20 juillet, ici avec Stéphane Travert, ministre de l'Agriculture, les EGalim prendront fin le 21 décembre. Mais tout reste à faire. © C. SAIDOU/MIN.AGRI

Lancés le 20 juillet, ici avec Stéphane Travert, ministre de l'Agriculture, les EGalim prendront fin le 21 décembre. Mais tout reste à faire. © C. SAIDOU/MIN.AGRI

Le pari semble ambitieux : garder le dispositif des CEPP, certificats d'économie de produits phytopharmaceutiques, avec une séparation « capitalistique » du conseil et de la vente pour les phytos, a expliqué le ministère. Le 20 décembre, celui-ci a tenu un « brief informel » devant la presse, pour évoquer les conclusions des EGalim, les Etats généraux de l'alimentation, avant leur clôture prévue le 21 décembre. Donc a priori, il s'agirait de deux entreprises différentes pour le conseil et la vente, même si nous n'avons pas eu plus de précisions.

Une loi pour le 1er semestre 2018

La séparation du conseil et de la vente est l'un des rares sujets post-EGalim qui sera retranscrit dans une loi, prévue pour le premier semestre 2018. « 5 % des conclusions des EGalim seront dans la loi », a expliqué le ministère. Pour le reste, il s'agit d'initiatives venant des acteurs, avec de fortes attentes sur les plans de filière. Pour le conseil et la vente, le gouvernement a pris ses dispositions pour être habilité « à écrire tout cela dans une ordonnance ».

Un grand plan de réduction des phytos

« L'écriture est délicate pour une articulation avec les CEPP », explique-t-on. Effectivement, séparer de façon « capitalistique » en conservant le dispositif semble complexe, voire difficilement faisable... Mais le gouver­ne­ment y travaille. Les CEPP ayant été « plébiscités », il faut les conserver. Les modalités ne sont pour l'instant visiblement pas calées.

Un grand plan de réduction des produits phytosanitaires a aussi été évoqué, intégrant Ecophyto, mais avec une gouvernance revue, « pour essayer d'avoir des résultats un peu plus solides ».

Marion Coisne

 Soyez le premier à commenter cet article
Commentaires : Fonctionnalité réservée aux abonnés

Si vous êtes abonné, inscrivez-vous ou identifiez-vous en haut du site. Vous aurez besoin de votre numéro d’abonné.

Je m'inscris

Si vous n'êtes pas abonné, vous pouvez profiter de l’intégralité des contenus du site www.agrodistribution.fr en vous abonnant à la revue Agrodistribution.

Je m'abonne

Découvrez notre revue papier pendant 2 mois ainsi que tous les contenus du site www.agrodistribution.fr en remplissant le formulaire suivant :

Je découvre

Charte des commentaires

Cours et marchés

Céréales

Blé tendre
- 23/01/2018

  • Rendu Rouen
  • standard janv. mars A (acheteur) 2017
  • 149 €/t
  • Fob Creil
  • janv. juin A (acheteur) 2017
  • 140 €/t

Blé dur
- 23/01/2018

  • Rendu Port-La-Nouvelle
  • janv. A (acheteur) 2017
  • 210 €/t

Maïs
- 23/01/2018

  • Rendu Bordeaux
  • fourrager janv. mars A (acheteur) 2017
  • 141 €/t
  • Fob Creil
  • fourrager janv. mars A (acheteur) 2017
  • 145 €/t

Orge de brasserie
- 23/01/2018

  • Fob Creil
  • Planet, 11,5 % maxi 2018
  • 184 €/t

Orge de mouture
- 23/01/2018

  • Rendu Rouen
  • janv. mars A (acheteur) 2017
  • 149 €/t
Tous les cours et tendances

Contactez-nous

Une question
ou une
remarque
sur le site,
sur nos
articles ou sur
votre abonnement ?

contactez agrodistribution
Les publications du Groupe France Agricole

Le Groupe France Agricole compte également une maison d'édition : les éditions France Agricole et une activité événements : GFA Events

Conformément aux dispositions de la loi n° 98-536 du 1er juillet 1998 portant transposition dans le code de la propriété intellectuelle de la directive 96/9 CE du 11 mars 1996 concernant la protection juridique des bases de données, Agrodistribution.fr est producteur et propriétaire de tout ou partie des bases de données composant le présent site.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin de nous permettre d’améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus et paramétrer les traceurs. OK