Coopération  Michel Prugue laisse la présidence de Coop de France

Agrodistribution | Publié le jeudi 13 décembre 2018 - 13h48

Lors du point presse annuel de Coop de France, Michel Prugue a annoncé ne pas renouveler son mandat lors de l’AG du 20 décembre qui élira un nouveau président.

Michel Prugue, président de Coop de France jusqu’au 20 décembre, au côté de la nouvelle directrice de la fédération, Valérie Ohannessian. © H. LAURANDEL

Michel Prugue, président de Coop de France jusqu’au 20 décembre, au côté de la nouvelle directrice de la fédération, Valérie Ohannessian. © H. LAURANDEL

Après un mandat de trois ans, Michel Prugue a décidé de s’en tenir là et de passer la main à un nouveau président lors de l’AG de Coop de France, le 20 décembre prochain. « C’est une activité très prenante et il est difficile de tout concilier. J’ai réalisé le projet politique qui était la mission de mon mandat. Je reste cependant dans les instances de Coop de France et bien sûr président de ma coopérative Maïsadour », a annoncé Michel Prugue lors de la conférence annuelle de Coop de France, le 11 décembre à Paris.

À ce jour, aucun nom ne filtre concernant les candidats à cette fonction qui se libère. Le suspense est maintenu jusqu’à la tenue de l’AG. Toutefois, le nouveau président sera « dans la continuité de la dynamique actuelle pour préserver une unité ».

Un projet politique abouti

La mission de Michel Prugue pour laquelle il s’était engagé il y a trois ans est donc aboutie avec l’intégration des principales filières des coopératives au sein de Coop de France. Ainsi, lors de l’AG 2017, fut réalisée la fusion de la FNCL, devenu la section « métiers du lait » de Coop de France. L’AG 2018 va voir la fusion avec la CCVF qui va devenir Coop de France Vignerons coopérateurs. Une fois ces deux grosses fédérations ralliées autour d’une seule voix, il reste à rallier les filières en fruits et légumes, en insémination artificielle, les coopératives forestières ou encore d’énergie. Autre grand chantier abouti : la réorganisation de Coop de France avec un réseau structuré en région.

Un constat fort de son mandat est la montée en puissance de l’influence de la coopération. « Le mouvement a été inversé. Nous sommes maintenant sollicités pour participer à divers évènements et débats. » Tout le travail de communication et de lobbying a fini par porter ses fruits.

Inquiétudes autour des EGalim

Cependant Michel Prugue reste circonspect quant au bilan des États généraux de l’alimentation après avoir « signé du bout du stylo la charte des bonnes pratiques qui fait valeur de vœux pieux ». Si ces EGalim permettent de faire prendre conscience aux consommateurs que tout produit n’est pas gratuit et est le fruit de tout un travail d’une filière, « ça serait une bonne chose ». Tout comme il aspire à des textes clairs afin « d’éviter toute insécurité juridique ».

Il va donc quitter Coop de France avec un chantier sur les EGalim qui laisse flotter bien des inquiétudes, notamment autour du conseil phyto dont l’ordonnance est en cours de finalisation, ou encore sur la relation à la coopérative. « Nous n’acceptons pas que le parallèle soit fait entre la relation commerciale et la relation coopérative. La relation de l’adhérent à sa coopérative ne peut pas être réduite à une simple relation commerciale. »

Les coops invitées à bien écouter leurs adhérents

Aussi, face à tous ces chantiers et décisions en cours, Michel Prugue se demande « quel est le but recherché dans cette volonté politique de détruire la relation coopérative ». Il invite donc les coopératives à analyser le niveau de satisfaction de leurs adhérents et à s’intéresser surtout aux causes des insatisfactions. « Nos adhérents se détourneront de nous, s’ils trouvent ailleurs plus de sécurité et d’accompagnement au changement. » Il va même jusqu’à exprimer le souhait de voir des consommateurs adhérer aux coopératives. Ce qui conforterait encore plus le rôle de la coopérative sur son territoire et dans le maintien de l’identité locale.

Hélène Laurandel

 Soyez le premier à commenter cet article
Commentaires : Fonctionnalité réservée aux abonnés

Si vous êtes abonné, inscrivez-vous ou identifiez-vous en haut du site. Vous aurez besoin de votre numéro d’abonné.

Je m'inscris

Si vous n'êtes pas abonné, vous pouvez profiter de l’intégralité des contenus du site www.agrodistribution.fr en vous abonnant à la revue Agrodistribution.

Je m'abonne

Découvrez notre revue papier pendant 2 mois ainsi que tous les contenus du site www.agrodistribution.fr en remplissant le formulaire suivant :

Je découvre

Charte des commentaires

Cours et marchés

Céréales

Blé tendre
- 22/01/2019

  • Rendu Rouen
  • standard janv. mars A (acheteur) 2018
  • 199 €/t
  • Fob Creil
  • standard janv. mars A (acheteur) 2018
  • 190 €/t

Blé dur
- 22/01/2019

  • Rendu Port-La-Nouvelle
  • janv. N (nominale) 2018
  • 215 €/t

Maïs
- 22/01/2019

  • Rendu Bordeaux
  • fourrager janv. fév. A (acheteur) 2018
  • 176 €/t
  • Fob Creil
  • janv. mars A (acheteur) 2018
  • 170 €/t

Orge de brasserie
- 22/01/2019

  • Fob Creil
  • Sebastian, 11,5 % maxi. 2018
  • 203 €/t

Orge de mouture
- 22/01/2019

  • Rendu Rouen
  • janv. mars A (acheteur) 2018
  • 187 €/t
Tous les cours et tendances

Contactez-nous

Une question
ou une
remarque
sur le site,
sur nos
articles ou sur
votre abonnement ?

contactez agrodistribution
Les publications du Groupe France Agricole

Le Groupe France Agricole compte également une maison d'édition : les éditions France Agricole et une activité événements : GFA Events

Conformément aux dispositions de la loi n° 98-536 du 1er juillet 1998 portant transposition dans le code de la propriété intellectuelle de la directive 96/9 CE du 11 mars 1996 concernant la protection juridique des bases de données, Agrodistribution.fr est producteur et propriétaire de tout ou partie des bases de données composant le présent site.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin de nous permettre d’améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus et paramétrer les traceurs. OK