EGalim L'avenir des phytos selon Edouard Philippe

Agrodistribution | Publié le vendredi 22 décembre 2017 - 14h22

En clôture des Etats généraux de l’alimentation, le 21 décembre, à Paris, le Premier ministre a livré la feuille de route du gouvernement concernant la « sortie des produits phytosanitaires » et la séparation du conseil et de la vente. Un extrait que nous vous livrons en intégralité.

 

« Nous séparerons les activités de conseil et de vente des pesticides et nous modifierons la redevance pour pollutions diffuses », a déclaré Edouard Philippe en clôture des Etats généraux de l'alimentation. © R. FOURREAUX

« Nous séparerons les activités de conseil et de vente des pesticides et nous modifierons la redevance pour pollutions diffuses », a déclaré Edouard Philippe en clôture des Etats généraux de l'alimentation. © R. FOURREAUX

Le ministre de l'Agriculture, Stéphane Travert, avait évoqué un peu plus tôt dans la journée « un plan de sortie des produits phytosanitaires en préparation » qui fera « l'objet d'une concertation au mois de janvier ». Ce plan prenant en compte le récent rapport de l'Inra sur le glyphosate, mais également le rapport sur les phytos, a priori finalisé, rédigé par les inspections générales des ministères de l'Agriculture (CGAAER), de la Transition écologique (CGEDD) et de la Santé (IGAS).

Il a fallu attendre ensuite jusque tard dans la journée, à la toute fin du discours de clôture du Premier ministre pour obtenir des précisions officielles sur le sujet. Edouard Philippe a indiqué vouloir « atteindre trois objectifs dans un cadre européen ».

Le premier est d'« exclure et substituer les molécules et les produits les plus dangereux ». « Certaines substances ont d'ores et déjà vocation à être exclues du marché européen, la France se mobilisera pour s'en assurer et pour améliorer le cadre européen relatif à la substitution. Le gouvernement saisira l'Anses sur la base des recommandations du rapport des trois inspections. »

Le deuxième objectif est de « renforcer les actions de recherche et évaluer les substances dont l'exclusion ou la substitution ne sont pas prévues », évoquant ainsi le glyphosate. « Une expertise collective sera lancée par l'Inserm dès 2018, l'Anses élaborera le cahier des charges des études complémentaires à mener sur la dangerosité du glyphosate. »

« Enfin, nous voulons aider les filières agricoles à développer des alternatives, en particulier au glyphosate, mais pas seulement, pour être en mesure d'en sortir d'ici trois ans. Nous nous engageons résolument dans cette voie, en mobilisant les leviers de la recherche et du développement dans le domaine agricole. Je crois à la mobilisation des agriculteurs en la matière. Il existe des exemples de bonnes pratiques et des propositions, il faut être capable d'encourager ces démarches volontaires grâce à des adaptations réglementaires. »

« C'est pourquoi, conformément à l'engagement du président de la République, nous séparerons les activités de conseil et de vente des pesticides (ndlr : a priori « capitalistique »). Une habilitation du gouvernement à légiférer sur ce sujet est proposée. Nous modifierons la redevance pour pollutions diffuses pour tenir compte de la dangerosité des produits, et financer l'accompagnement des agriculteurs et l'ensemble des actions évoquées dans le cadre du programme Ecophyto. »

« L'ensemble des propositions du gouvernement seront soumises à concertation avec les parties prenantes avant de finaliser notre plan d'action avant la fin du 1er trimestre 2018, et seront rendues publiques tout prochainement. »

Un coup dur pour les phytos, mais sans doute insuffisant pour le ministre de la Transition énergétique, Nicolas Hulot, qui a boudé la clôture de ces EGalim. « Le compte n'y est pas », a-t-il déclaré au journal Le Monde.

Renaud Fourreaux

 Soyez le premier à commenter cet article
Commentaires : Fonctionnalité réservée aux abonnés

Si vous êtes abonné, inscrivez-vous ou identifiez-vous en haut du site. Vous aurez besoin de votre numéro d’abonné.

Je m'inscris

Si vous n'êtes pas abonné, vous pouvez profiter de l’intégralité des contenus du site www.agrodistribution.fr en vous abonnant à la revue Agrodistribution.

Je m'abonne

Découvrez notre revue papier pendant 2 mois ainsi que tous les contenus du site www.agrodistribution.fr en remplissant le formulaire suivant :

Je découvre

Charte des commentaires

Cours et marchés

Céréales

Blé tendre
- 18/10/2018

  • Rendu Rouen
  • standard oct. déc. A (acheteur) 2018
  • 198 €/t
  • Fob Creil
  • standard oct. déc. A (acheteur) 2018
  • 190 €/t

Blé dur
- 16/10/2018

  • Rendu Port-La-Nouvelle
  • oct. déc. N (nominale) 2018
  • 210 €/t

Maïs
- 18/10/2018

  • Rendu Bordeaux
  • fourrager oct. déc. A (acheteur) 2018
  • 162,75 €/t
  • Fob Creil
  • oct. déc. A (acheteur) 2017
  • 173 €/t

Orge de brasserie
- 18/10/2018

  • Fob Creil
  • Sebastian, 11,5 % maxi. 2018
  • 230 €/t

Orge de mouture
- 18/10/2018

  • Rendu Rouen
  • oct. déc. A (acheteur) 2018
  • 201 €/t
Tous les cours et tendances

Contactez-nous

Une question
ou une
remarque
sur le site,
sur nos
articles ou sur
votre abonnement ?

contactez agrodistribution
Les publications du Groupe France Agricole

Le Groupe France Agricole compte également une maison d'édition : les éditions France Agricole et une activité événements : GFA Events

Conformément aux dispositions de la loi n° 98-536 du 1er juillet 1998 portant transposition dans le code de la propriété intellectuelle de la directive 96/9 CE du 11 mars 1996 concernant la protection juridique des bases de données, Agrodistribution.fr est producteur et propriétaire de tout ou partie des bases de données composant le présent site.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin de nous permettre d’améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus et paramétrer les traceurs. OK