Fertilisation de la vigne  Bergon inaugure les premières conventions Terra Millenium

Agrodistribution | Publié le jeudi 16 février 2017 - 10h55

Jeudi 16 février, au Château de Berne dans le Var, quatre clients du négoce Bergon ont signé, les toutes premières conventions Terra Millenium en viticulture. Elles prévoient une gestion globale et raisonnée du vignoble, avec les produits de nutrition et de fertilisation Angibaud Derome et Spécialités.

Les signataires : Frédéric Bergon, président de Bergon (assis, à gauche), Jamel Essoualeh, directeur d’exploitation de Château de Berne, Didier Juvin, directeur général de Château de Berne, Hubert Brunet, directeur d’Angibaud Derome et Spécialités.

Les signataires : Frédéric Bergon, président de Bergon (assis, à gauche), Jamel Essoualeh, directeur d’exploitation de Château de Berne, Didier Juvin, directeur général de Château de Berne, Hubert Brunet, directeur d’Angibaud Derome et Spécialités.

Le Château de Berne était en pleine effervescence le jeudi 16 février, à Lorgues (Var). De nombreux viticulteurs, présidents de caves coopératives, des élus, ainsi que le député du Var, Olivier Audibert-Troin, assistaient à la signature officielle des premières conventions Terra Millenium en France. Le Château de Berne et ses trois autres entités (Château des Bertrands, Château de Roux, Château des Launes), représentés par leur directeur d’exploitation Jamel Essoualeh, se sont engagés pour trois ans dans un procédé global de nutrition et de fertilisation proposé par d’Angibaud Derome et Spécialités. Ces conventions seront suivies par les équipes spécialistes en viticulture du négoce Bergon (Le Muy, Var).

Des protocoles « sur mesure »

« La fertilisation ne se résume pas à une application d’engrais au sol, affirme Thierry Micalet, directeur du marketing d’Angibaud Derome et Spécialités. La viticulture recherche à la fois du rendement et de la quali­té, apporter plus de typicité, mieux s’adapter au terroir, régler des problèmes de carence, etc. Terra Millenium est une solution globale qui s’adapte à ces différentes problématiques, notamment grâce à l’irrigation fertilisante et par des actions très réactives sur les feuilles. »

Pour mettre en place ces protocoles « sur mesure », chacun des domaines viticoles va réaliser une étude ciblée de ses besoins. Des analyses des sols, des sarments et de la sève seront effectuées sur une sélection d’îlots représentatifs de leur vignoble. Bergon et Angibaud Derome et Spécialités pourront alors leur proposer des plans de fertilisation et de nutrition les plus appropriés à leurs objectifs. Et ce, en sélectionnant dans la gamme de fertilisants alternatifs : amendements et engrais organiques, anticarentiels, complexes d’oligoéléments, d’organo-minéraux, biostimulants à base d’algue laminaire…

Trois partenaires : le viticulteur, le conseiller et Angibaud

« Même s’il faut rester humble face à la nature, avec ces outils d’aide à la décision, il s’agit de ne rien laisser au hasard dans nos actions sur les sols et le végétal. Pour remplir les objectifs qualitatifs et quantitatifs fixés par le vigneron, les produits Angibaud sont un gros plus. A base de guano de poissons et de compost végétaux mélangés, ces engrais bio très anciens sont de plus en plus demandés par ceux qui recherchent une agriculture raisonnée, un respect de l’équilibre du sol et du terroir. Nous les distribuons depuis trente ans dans le Var », précise Nicolas Martel, directeur commercial du négoce Bergon.

Cette démarche Terra Millenium dans les quatre châteaux sera suivie par Yannick Bertero, conseiller agronomique préconisateur chez Bergon, et Bernard Passot pour Angibaud Derome et Spécialités. Les partenaires pourront mesurer le degré d’efficacité des actions et les affiner lors des campagnes suivantes. « Le temps du terroir est très long. Nous n’avons pas la prétention de tout changer sur un seul cycle », poursuit Thierry Micalet. D’autres conventions Terra Millenium seront prochainement signées avec des domaines ou des caves coopératives dans le Var et en Languedoc-Roussillon, mais également pour la Côte-Rôtie (appellation des Côtes-du-Rhône), et dans les Charentes.

Alexie Valois

Sur le même sujet

Vigne Agridis déploie les OAD de Promété Publié le 27 février 2014

Sud-Ouest Maïsadour ouvre un nouvel espace vigne Publié le 15 avril 2013

 Soyez le premier à commenter cet article
Commentaires : Fonctionnalité réservée aux abonnés

Si vous êtes abonné, inscrivez-vous ou identifiez-vous en haut du site. Vous aurez besoin de votre numéro d’abonné.

Je m'inscris

Si vous n'êtes pas abonné, vous pouvez profiter de l’intégralité des contenus du site www.agrodistribution.fr en vous abonnant à la revue Agrodistribution.

Je m'abonne

Découvrez notre revue papier pendant 2 mois ainsi que tous les contenus du site www.agrodistribution.fr en remplissant le formulaire suivant :

Je découvre

Charte des commentaires

Cours et marchés

Oléagineux

Colza
- 20/10/2017

  • Rendu Rouen
  • oct. déc. Flat (prix avec MI) 2017
  • 362 €/t
  • Fob Moselle
  • janv. mars A (acheteur) 2017
  • 374 €/t

Tournesol
- 20/10/2017

  • Rendu Saint-Nazaire
  • janv. mars A (acheteur) 2017
  • 320 €/t
Tous les cours et tendances

Contactez-nous

Une question
ou une
remarque
sur le site,
sur nos
articles ou sur
votre abonnement ?

contactez agrodistribution
Les publications du Groupe France Agricole

Le Groupe France Agricole compte également une maison d'édition : les éditions France Agricole et une activité événements : GFA Events

Conformément aux dispositions de la loi n° 98-536 du 1er juillet 1998 portant transposition dans le code de la propriété intellectuelle de la directive 96/9 CE du 11 mars 1996 concernant la protection juridique des bases de données, Agrodistribution.fr est producteur et propriétaire de tout ou partie des bases de données composant le présent site.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin de nous permettre d’améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus et paramétrer les traceurs. OK