Lait  MLC résiste et s’adapte au « contexte Synutra »

Agrodistribution | Publié le jeudi 20 septembre 2018 - 12h37

Les Maîtres laitiers du Cotentin ont dévoilé un résultat positif pour 2017-2018, le 19 septembre, à l’issue de l'AG annuelle de la coopérative. Le résultat de 2018-2019 dépendra en partie de l’avancement des procédures en cours avec son ancien client chinois Synutra.

« D’ici le redémarrage des lignes de production de briquettes, nous jugulons la hausse de la collec­te en la ventilant sur nos autres sites de production », explique Guillaume Fortin (à gauche), DG de la coopérative, au côté de son président Christophe Levavasseur. © A. DUFUMIER

« D’ici le redémarrage des lignes de production de briquettes, nous jugulons la hausse de la collec­te en la ventilant sur nos autres sites de production », explique Guillaume Fortin (à gauche), DG de la coopérative, au côté de son président Christophe Levavasseur. © A. DUFUMIER

Au lendemain de son assemblée générale, la coopérative des Maîtres laitiers du Cotentin a présenté, le 19 septembre, des résultats (clôturés au 31 mars 2018) en progression par rapport à l’exercice précédent. Le chiffre d’affaires consolidé des filiales (dont France Frais) a atteint 1,98 milliard d’euros, en hausse de 92 millions d’euros. L’excédent brut d’exploitation est également en hausse de 15 M€, à 78 M€.

Un résultat d’exploitation impacté

Les difficultés rencontrées avec Synutra dans l’exécution du contrat de 690 millions de briquettes de lait pour la Chine se sont malgré tout fait sentir sur le résultat d’exploitation. Ce dernier est affiché à 1,3 M€ contre 2,73 M€ l’an passé. Si l’exécution du contrat avait été conforme, « le résultat aurait été en hausse de plus de 8 M€, pour un total de 10,9 M€ », indique Guillaume Fortin, le directeur général de la coopérative.

Etant donné que les commandes de Synutra-France ont été sur la période inférieures à ses engagements, et conformément aux dispositions contractuelles, MLC a facturé le manquement à hauteur de 9,59 M€. Dans l’attente du règlement « et par mesure de prudence, nous avons décidé de ne pas inscrire cette somme au résultat », annonce Guillaume Fortin.

Démontrer la mauvaise foi de Synutra

Qu’en sera-t-il du résultat de 2018-2019 alors que depuis mi-août, Synutra a purement et simplement rompu­ le contrat avec MLC, officiellement pour des raisons de non-obtention de l’agrément infantile pour le marché­ chinois ? La question se pose d’autant plus que l’usine destinée à approvisionner le contrat chinois était à peine construite, donc pas encore amortie, et qu’elle génère des frais fixes et financiers importants.

La réponse dépendra en partie du dénouement des procédures en cours. MLC annonce avoir entamé une procédure pour réclamer le règlement de ses encours auprès de Synutra  ̶  dont les 9,59 M€ de manquement au contrat sur la période de 2017-2018 auprès du tribunal de commerce de Brest.

Par ailleurs, un bras de fer est engagé entre Synutra et l’assureur de MLC, Euler Hermes, pour recouvrer les défauts de paiement liés à la marchandise livrée. Enfin, une procédure est à l’étude auprès du tribunal de commerce de Paris pour rupture abusive de contrat.

Sur ce dernier point, rien n’est gagné car MLC n’a effectivement pas pu obtenir l’agrément lait infantile incriminé de la part des autorités chinoises. « Et pour cause ! Du fait de l’affaire Lactalis, les autorités françaises ont gelé l’envoi des dossiers d’agrément vers la Chine. Nos dossiers n’ont pu partir que début août ! », s’insurge Jean-François Fortin, directeur général du groupe MLC. La coopérative devra ainsi démontrer aux tribunaux la mauvaise foi présumée de Synutra dans ce dossier.

Faire jouer la puissance du groupe

Le groupe MLC se montre cependant confiant pour l’avenir. La direction rappelle que les fonds propres attei­gnent 190 M€. Par ailleurs, le prix de base du lait payé aux producteurs doit même augmenter de 7 €/1 000 l au cours de 2018-2019 pour passer à 320 €/1 000 l. Les adhérents ont d’ailleurs renouvelé leur confiance dans leur conseil d’administration en adoptant toutes les résolutions à l’unanimité.

Les engagements de collecte sont maintenus, et les 50 millions de litres de lait supplémentaires collectés qui devaient servir à honorer le contrat chinois sont jugulés par une hausse de cadence dans les autres unités de production du groupe. La puissante filiale de distribution France-Frais montre sa solidarité en s’approvisionnant préférentiellement auprès de la coopérative.

A plein régime pour le deuxième trimestre 2019

Depuis quelques jours, la coopérative, désormais assurée d’être dégagée de ses obligations contractuelles, a pu également reprendre en main ses six lignes de production de briquettes. Elle compte les remettre en service au premier trimestre de 2019, et les faire tourner idéalement à pleine capacité au cours du deuxième trimestre. Les marchés visés concernent toujours le lait UHT de troisième âge infantile pour le grand export.

Alexis Dufumier

 Soyez le premier à commenter cet article
Commentaires : Fonctionnalité réservée aux abonnés

Si vous êtes abonné, inscrivez-vous ou identifiez-vous en haut du site. Vous aurez besoin de votre numéro d’abonné.

Je m'inscris

Si vous n'êtes pas abonné, vous pouvez profiter de l’intégralité des contenus du site www.agrodistribution.fr en vous abonnant à la revue Agrodistribution.

Je m'abonne

Découvrez notre revue papier pendant 2 mois ainsi que tous les contenus du site www.agrodistribution.fr en remplissant le formulaire suivant :

Je découvre

Charte des commentaires

Cours et marchés

Céréales

Blé tendre
- 19/10/2018

  • Rendu Rouen
  • standard oct. déc. A (acheteur) 2018
  • 197 €/t
  • Fob Creil
  • standard oct. déc. A (acheteur) 2018
  • 190 €/t

Blé dur
- 16/10/2018

  • Rendu Port-La-Nouvelle
  • oct. déc. N (nominale) 2018
  • 210 €/t

Maïs
- 19/10/2018

  • Rendu Bordeaux
  • fourrager oct. déc. A (acheteur) 2018
  • 162,25 €/t
  • Fob Creil
  • oct. déc. A (acheteur) 2018
  • 170 €/t

Orge de brasserie
- 19/10/2018

  • Fob Creil
  • Etincel, 11,5 % maxi 2019
  • 186 €/t

Orge de mouture
- 19/10/2018

  • Rendu Rouen
  • oct. déc. A (acheteur) 2018
  • 200 €/t
Tous les cours et tendances

Contactez-nous

Une question
ou une
remarque
sur le site,
sur nos
articles ou sur
votre abonnement ?

contactez agrodistribution
Les publications du Groupe France Agricole

Le Groupe France Agricole compte également une maison d'édition : les éditions France Agricole et une activité événements : GFA Events

Conformément aux dispositions de la loi n° 98-536 du 1er juillet 1998 portant transposition dans le code de la propriété intellectuelle de la directive 96/9 CE du 11 mars 1996 concernant la protection juridique des bases de données, Agrodistribution.fr est producteur et propriétaire de tout ou partie des bases de données composant le présent site.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin de nous permettre d’améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus et paramétrer les traceurs. OK