Nord-Est  Trois cents négociants réunis au Touquet pour une première !

Agrodistribution | Publié le mardi 16 mai 2017 - 11h36

Le premier congrès des négociants en céréales, pommes de terre et du commerce des bestiaux de la grande zone Nord-Est s’est déroulé les 11 et 12 mai au Touquet, sur le thème plutôt inattendu pour des commerçants, de l’innovation.

Un peu plus de 300 participants, au premier congrès régional Nord-Est le 12 mai dernier, devant l’hôtel Westminster du Touquet. © B. CAILLIEZ

Un peu plus de 300 participants, au premier congrès régional Nord-Est le 12 mai dernier, devant l’hôtel Westminster du Touquet. © B. CAILLIEZ

Négoce Nord-Est, la Fédération des négociants en céréales des trois régions Hauts-de-France, Ile-de-France et Grand-Est (hors Alsace), avait l’habitude de tenir chaque année, son congrès en mai. Cette année, elle a décidé d’élargir la participation, aux adhérents de la grande zone Nord-Est des syndicats régionaux de commer­çants en bestiaux et de Fédépom, déclinant ainsi à l’échelle régionale, l’organisation mise en place au plan national avec la Fédération du commerce agricole et agroalimentaire, FC2A.

Le regroupement de trois métiers

Négoce Nord-Est réunit aujourd’hui 59 négociants en céréales, 27 en Hauts-de-France, 7 en Ile-de-France, et 25 en Champagne-Ardenne et Lorraine, pour un chiffre d’affaires total de 2,6 milliards d’euros et 3 000 salariés. Plus spécialisée dans le négoce de pomme de terre, mais aussi d’ail, d’oignon et d’échalote, Fédépom compte en région Hauts-de-France, une cinquantaine d’entreprises qui réalisent un chiffre d’affaires de 500 millions d’euros avec 1 400 collaborateurs.

De son côté, la Fédération française des commerçants en bestiaux qui ne communique pas sur ses données au plan régional, rassemble en France, 80 entreprises pour un chiffre d’affaires de 987 millions d’euros et 520 emplois. Et ce sont un peu plus de 300 personnes qui ont répondu présent les 11 et 12 mai, pour un congrès placé sous le signe de l’innovation.

Les « NBIC » au cœur de l’innovation agricole

Pour l’économiste, Nicolas Bouzou, l’innovation va encore s’accélérer dans le domaine agricole, et en particulier dans quatre secteurs précis des NBIC, nanotechnologies, biotechnologies, informations numériques et sciences cognitives. © B. CAILLIEZ

C’est l’économiste Nicolas Bouzou qui a planté le décor : « Si l’on a réussi à passer au début du XIXe siècle, de 90 % de la population mondiale en dessous du seuil de grande pauvreté, à moins de 10 % aujourd’hui, c’est grâce avant tout aux progrès réalisés par l’agriculture, indique-t-il. Dans le monde d’avant, on mangeait moins bien, les prix étaient plus élevés, on vivait moins longtemps et on devait faire face à beaucoup plus de catastrophes. Ces dernières années, c’est toujours l’agriculture qui a permis grâce à l’innovation, d’enregistrer les plus gros gains de productivité. »

Pour lui, l’innovation va encore s’accélérer dans le domaine agricole, et en particulier dans quatre secteurs précis des NBIC, nanotechnologies, biotechnologies, informations numériques et sciences cognitives, c’est-à-dire l’intelligence artificielle. Il évoque également l’allongement de la durée de la vie, la conquête de l’espace, le Big Data, l’organisation plus plate des entreprises et la nécessité d’un choc de simplification pour l’agriculture, de « moins de principe de précaution et de plus de principe de prudence », et de faire compren­dre au grand public que le monde agricole est un monde d’entreprenariat.

Ce que les témoignages de Bruno Desprez, DG de Florimond Desprez, de Michael Horsch, agriculteur et fondateur de la société Horsch, de Jean-Paul Khim agriculteur en Haute-Marne et en Ukraine, de Martin Ducroquet de Sencrop, Alexandre Carcouet de Bas Livradois Bétail et de Marie-Cécile Damave de Saf-Agr’idées, ont parfaitement illustré.

Blandine Cailliez

 Soyez le premier à commenter cet article
Commentaires : Fonctionnalité réservée aux abonnés

Si vous êtes abonné, inscrivez-vous ou identifiez-vous en haut du site. Vous aurez besoin de votre numéro d’abonné.

Je m'inscris

Si vous n'êtes pas abonné, vous pouvez profiter de l’intégralité des contenus du site www.agrodistribution.fr en vous abonnant à la revue Agrodistribution.

Je m'abonne

Découvrez notre revue papier pendant 2 mois ainsi que tous les contenus du site www.agrodistribution.fr en remplissant le formulaire suivant :

Je découvre

Charte des commentaires

Cours et marchés

Céréales

Blé tendre
- 18/10/2017

  • Rendu Rouen
  • standard oct. déc. A (acheteur) 2017
  • 156 €/t
  • Fob Creil
  • Fourrager 72/73 oct. déc. A (acheteur) 2017
  • 146 €/t

Blé dur
- 17/10/2017

  • Rendu Port-La-Nouvelle
  • oct. N (nominale) 2017
  • 220 €/t

Maïs
- 18/10/2017

  • Rendu Bordeaux
  • fourrager oct. déc. A (acheteur) 2017
  • 141 €/t
  • Fob Creil
  • fourrager oct. déc. A (acheteur) 2017
  • 150 €/t

Orge de brasserie
- 18/10/2017

  • Fob Creil
  • oct. mars Sebastian, 11,5 % maxi. 2017
  • 197 €/t

Orge de mouture
- 18/10/2017

  • Rendu Rouen
  • oct. déc. A (acheteur) 2017
  • 150 €/t
Tous les cours et tendances

Contactez-nous

Une question
ou une
remarque
sur le site,
sur nos
articles ou sur
votre abonnement ?

contactez agrodistribution
Les publications du Groupe France Agricole

Le Groupe France Agricole compte également une maison d'édition : les éditions France Agricole et une activité événements : GFA Events

Conformément aux dispositions de la loi n° 98-536 du 1er juillet 1998 portant transposition dans le code de la propriété intellectuelle de la directive 96/9 CE du 11 mars 1996 concernant la protection juridique des bases de données, Agrodistribution.fr est producteur et propriétaire de tout ou partie des bases de données composant le présent site.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin de nous permettre d’améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus et paramétrer les traceurs. OK