Nouvelle-Aquitaine  Terres du Sud table sur le bio et le contractuel

Agrodistribution | Publié le jeudi 14 décembre 2017 - 10h48

Le groupe Terres du Sud, qui tenait son assemblée générale le 8 décembre à Agen (Lot-et-Garonne), a affiché sa volonté de développer et de sécuriser ses productions contractuelles et de faire progresser le bio, source de revenu pour ses adhérents.

A l’occasion de son assemblée générale, Terres du Sud recevait Oussama Ammar (au centre du plateau), philosophe, entrepreneur et business angel, cofondateur de The Family, un accélérateur de start-up, qui a fait un point sur l’impact des mutations technologiques dans le monde agricole.

A l’occasion de son assemblée générale, Terres du Sud recevait Oussama Ammar (au centre du plateau), philosophe, entrepreneur et business angel, cofondateur de The Family, un accélérateur de start-up, qui a fait un point sur l’impact des mutations technologiques dans le monde agricole.

Touché par la dégradation des cours mondiaux des céréales, par la baisse des soles maïs et céréales à paille, et par les deux épisodes d’influenza aviaire, le groupe Terres du Sud a enregistré un recul de son chiffre d’affaires consolidé de 2,4 % en 2016-2017, à 569 millions d’euros, mais un résultat net positif de 7,4 M€. Afin de redresser la barre et de « faire évoluer un modèle de grandes cultures qui n’est plus adapté aux évolutions de notre environnement », il projette de développer et de sécuriser ses productions contractuelles, végétales et animales.

« Les productions contractuelles telles que maïs waxy, tournesol oléique, blé meunier, semences, fruits et légumes destinés à la transformation, en productions conventionnelles ou biologiques, représentent déjà plus d’un hectare sur trois de la sole du groupe, soit plus de 40 000 ha, indique Terres du Sud. Notre volonté est de porter ce ratio à un hectare sur deux d’ici à 2020. »

Un accompagnement aux conversions

Terres du Sud veut également faire de la production bio un axe de croissance du revenu de ses adhérents. En productions animales, la moitié de son développement en volailles de chaire et de ponte se fait d’ores et déjà en bio. En revanche, côté pôle végétal, les productions bio ne représentent que 5 % de la sole du groupe. L’objectif est d’accompagner la conversion des agriculteurs et de leur « offrir une palette de débouchés attrac­tifs », afin d’atteindre 20 % de ses cultures en bio d’ici cinq ans.

Projet en stand-by avec Maïsadour

Quant au projet de création d’une union de coopératives ouverte avec Maïsadour, qui avait été annoncé en janvier dernier, il est pour l’instant en stand-by. « Les deux crises d’influenza aviaire ont semé le doute au niveau économique et nous n’avons pas trouvé l’acceptation naturelle nécessaire à ce rapprochement dans les assemblées générales locales, confie Michel Prugue, président de Maïsadour. Nous devons attendre de retrouver de la sérénité dans les campagnes et des revenus agricoles corrects avant d’envisager de poursuivre. »

Florence Jacquemoud

Sur le même sujet

Grand-Est  Bio et biogaz en vue à la Scara Publié le 11 décembre 2017

Centre-Ouest  Après l’export, Coc vise les marchés locaux Publié le 06 décembre 2017

 Soyez le premier à commenter cet article
Commentaires : Fonctionnalité réservée aux abonnés

Si vous êtes abonné, inscrivez-vous ou identifiez-vous en haut du site. Vous aurez besoin de votre numéro d’abonné.

Je m'inscris

Si vous n'êtes pas abonné, vous pouvez profiter de l’intégralité des contenus du site www.agrodistribution.fr en vous abonnant à la revue Agrodistribution.

Je m'abonne

Découvrez notre revue papier pendant 2 mois ainsi que tous les contenus du site www.agrodistribution.fr en remplissant le formulaire suivant :

Je découvre

Charte des commentaires

Cours et marchés

Céréales

Blé tendre
- 20/06/2018

  • Rendu Rouen
  • standard juin A (acheteur) 2017
  • 164 €/t
  • Fob Creil
  • standard juin 15 juil. A (acheteur) 2017
  • 148 €/t

Blé dur
- 19/06/2018

  • Rendu Port-La-Nouvelle
  • juil. sept. A (acheteur) 2018
  • 210 €/t

Maïs
- 20/06/2018

  • Rendu Bordeaux
  • fourrager juin sept. A (acheteur) 2017
  • 149 €/t
  • Fob Creil
  • juin juil. A (acheteur) 2017
  • 150 €/t

Orge de brasserie
- 19/06/2018

  • Fob Creil
  • Sebastian, 11,5 % maxi. 2018
  • 202 €/t

Orge de mouture
- 20/06/2018

  • Rendu Rouen
  • juil. août A (acheteur) 2018
  • 160 €/t
Tous les cours et tendances

Contactez-nous

Une question
ou une
remarque
sur le site,
sur nos
articles ou sur
votre abonnement ?

contactez agrodistribution
Les publications du Groupe France Agricole

Le Groupe France Agricole compte également une maison d'édition : les éditions France Agricole et une activité événements : GFA Events

Conformément aux dispositions de la loi n° 98-536 du 1er juillet 1998 portant transposition dans le code de la propriété intellectuelle de la directive 96/9 CE du 11 mars 1996 concernant la protection juridique des bases de données, Agrodistribution.fr est producteur et propriétaire de tout ou partie des bases de données composant le présent site.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin de nous permettre d’améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus et paramétrer les traceurs. OK