Phytos  La DGAL confirme : « Pas d’abandon des CEPP »

Agrodistribution | Publié le mercredi 10 janvier 2018 - 18h23

Le 10 janvier, le Gnis Centre a organisé une matinée sur les CEPP. A cette occasion, Frédéric Malterre de la DGAL s’est exprimé sur la séparation du conseil et de la vente pour les produits phytosanitaires.

De gauche à droite, Isabelle Siksik, chargée d'études au sein du BSPI, Maud Blanck, chargée de projet à la commission CEPP et Frédéric Malterre, adjoint au chef de bureau des semences à la DGAL, ont répondu aux questions des participants sur les CEPP. © M. COISNE

De gauche à droite, Isabelle Siksik, chargée d'études au sein du BSPI, Maud Blanck, chargée de projet à la commission CEPP et Frédéric Malterre, adjoint au chef de bureau des semences à la DGAL, ont répondu aux questions des participants sur les CEPP. © M. COISNE

Avec l’annonce d’une séparation capitalistique entre le conseil et la vente pour les produits phytos, on pouvait­ s’attendre à ce que le dispositif des CEPP (certificats d’économie de produits phytopharmaceutiques) soit enterré. Il n’en sera rien. Le ministère de l’Agriculture l’avait déjà annoncé la veille de la clôture des EGalim, et la DGAL l’a réaffirmé à Orléans le 10 janvier.

Ces précisions ont été apportées par Frédéric Malterre, adjoint au chef de bureau des semences à la DGAL, à l’occasion d’une matinée organisée par le Gnis Centre, sur le thème « Les CEPP et le levier variétal en céréales à paille ».

Pas besoin d’ordonnance pour acheter des phytos

Parmi les presque soixante participants, beaucoup de distributeurs agricoles, et la question de la séparation du conseil et de la vente a été rapidement mise sur le tapis. « Si vous pensez que la mise en place de la séparation va aboutir à l’abandon des CEPP, vous vous trompez, a répondu Frédéric Malterre. Ce serait incompatible s’il fallait à l’agriculteur une ordonnance, avec une liste de produits, pour acheter des produits phytosanitaires. Cette modalité n’est pas envisagée. » En revanche, le dispositif s’orienterait vers un conseil annuel nécessaire.

Commencer à déclarer ses CEPP

Sur le volet CEPP, aujourd’hui, 31 fiches actions sont disponibles. « Il y a déjà eu des déclarations et le portail­ est opérationnel », indique Frédéric Malterre. Quel est l'intérêt à déclarer dès maintenant, la date limite étant 2021 ? « Cela permet de voir comment fonctionne le dispositif, et comment se situe l’entreprise par rapport à l’objectif de 2021, répond Frédéric Malterre. Et pour les actions pluriannuelles, cela permet de commencer à faire tourner le compteur. »

Par exemple, l’achat par un agriculteur d’un matériel faisant l’objet d’une fiche action sur plusieurs années permet de gagner des CEPP pour 2021. Mais il faut le déclarer l’année de la facture, ou durant les trois premiers­ mois de l’année suivante. Soit jusqu’au 31 mars 2018 pour une facture datée de 2017.

Marion Coisne

 Soyez le premier à commenter cet article
Commentaires : Fonctionnalité réservée aux abonnés

Si vous êtes abonné, inscrivez-vous ou identifiez-vous en haut du site. Vous aurez besoin de votre numéro d’abonné.

Je m'inscris

Si vous n'êtes pas abonné, vous pouvez profiter de l’intégralité des contenus du site www.agrodistribution.fr en vous abonnant à la revue Agrodistribution.

Je m'abonne

Découvrez notre revue papier pendant 2 mois ainsi que tous les contenus du site www.agrodistribution.fr en remplissant le formulaire suivant :

Je découvre

Charte des commentaires

Cours et marchés

Céréales

Blé tendre
- 23/01/2018

  • Rendu Rouen
  • standard janv. mars A (acheteur) 2017
  • 149 €/t
  • Fob Creil
  • janv. juin A (acheteur) 2017
  • 140 €/t

Blé dur
- 23/01/2018

  • Rendu Port-La-Nouvelle
  • janv. A (acheteur) 2017
  • 210 €/t

Maïs
- 23/01/2018

  • Rendu Bordeaux
  • fourrager janv. mars A (acheteur) 2017
  • 141 €/t
  • Fob Creil
  • fourrager janv. mars A (acheteur) 2017
  • 145 €/t

Orge de brasserie
- 23/01/2018

  • Fob Creil
  • Planet, 11,5 % maxi 2018
  • 184 €/t

Orge de mouture
- 23/01/2018

  • Rendu Rouen
  • janv. mars A (acheteur) 2017
  • 149 €/t
Tous les cours et tendances

Contactez-nous

Une question
ou une
remarque
sur le site,
sur nos
articles ou sur
votre abonnement ?

contactez agrodistribution
Les publications du Groupe France Agricole

Le Groupe France Agricole compte également une maison d'édition : les éditions France Agricole et une activité événements : GFA Events

Conformément aux dispositions de la loi n° 98-536 du 1er juillet 1998 portant transposition dans le code de la propriété intellectuelle de la directive 96/9 CE du 11 mars 1996 concernant la protection juridique des bases de données, Agrodistribution.fr est producteur et propriétaire de tout ou partie des bases de données composant le présent site.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin de nous permettre d’améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus et paramétrer les traceurs. OK