Phytos  Macron : « Une loi pour séparer le conseil de la vente »

Agrodistribution | Publié le jeudi 12 octobre 2017 - 17h06

A Rungis, le 11 octobre, le président de la République a réitéré son engagement de campagne : il veut séparer le conseil et la vente des produits phytosanitaires, via une loi. Réactions de Coop de France et de la FC2A, ouvertes au dialogue.

 La séparation était un engagement de campagne, donc pas de réelle surprise après le discours d’Emmanuel Macron. Reste à voir comment. © AFP

La séparation était un engagement de campagne, donc pas de réelle surprise après le discours d’Emmanuel Macron. Reste à voir comment. © AFP

Le discours d’Emmanuel Macron a duré une heure et treize minutes précisément, le 11 octobre, à Rungis. Les annonces ont été nombreuses sur différents sujets. A la 58e minute, il a abordé la séparation du conseil et de la vente pour les phytos, promesse de campagne.

Un véhicule législatif

« J’ai pris un engagement, c’est de séparer le conseil de la vente. Sur beaucoup de produits phytosanitaires, il y a encore une vente liée, qui fait que le conseil n’est pas indépendant, et la loi séparera la vente du conseil », a déclaré le président de la République.

Pas de surprise, c’était une promesse de campagne, et les membres de cabinet avaient confirmé la volonté d’Emmanuel Macron d’appliquer la mesure lors d’un point off avec les journalistes, en début de semaine. Mais on n’en sait pas plus sur les modalités. Du côté de la profession, pas de levée de bouclier, mais des interrogations sur la mise en œuvre et une volonté affichée de dialoguer, chez Coop de France comme la FC2A.

Dialogue et analyses pour la profession

« Il a réaffirmé sa position dans un contexte plus large d’évolution des modèles agricoles, personne n’est surpris, réagit Pascal Viné, délégué général de Coop de France. On y travaille en interne et avec d’autres interlocuteurs pour voir les conséquences d’une telle décision. Ce que l’on souhaite, c’est que le dossier fasse l’objet d’un vrai travail d’analyse technique. On le fera de façon constructive. On entend la question que se pose la société, ses doutes. On n’est pas dans une position défensive. Après, c’est dans les détails que se nichent les difficultés. »

Pour le négoce agricole, le son de cloche est similaire : « On a le souci de bien comprendre et bien analyser la mesure, explique Damien Mathon, délégué général de la FC2A. On est preneur d’une étude d’impact sur l’efficacité de la mesure par rapport à l’objectif de réduction de l’utilisation de produits phytosanitaires, et d’une étude d’impact sur ses conséquences économiques et sociales. On est soucieux que les plus petites entreprises qui conseillent et qui vendent, aient la capacité de mettre en œuvre la mesure. On pourrait aussi lancer l’idée d’un dispositif expérimental, basé sur le volontariat et selon les types de productions. »

La fédération va préparer des propositions concrètes. « En fond, il y a la question des conflits d’intérêt. Il faut répondre à cette crainte. On va faire des propositions pour faire évoluer l’encadrement existant, pour être plus transparent, pour montrer que le conseil est un acte en soi », annonce Damien Mathon.

Quid des CEPP ?

Si la profession veut avancer, la mesure reste pour le moment très floue. Quid des CEPP ? « On ne voudrait pas que passe par pertes et profits, le travail fait sur les CEPP qui a beaucoup occupé la profession », alerte Pascal Viné.

Garder le lien « vente-conseil-collecte »

Pascal Viné et Damien Mathon défendent le lien « vente-conseil-collecte », car leurs entreprises assurent la commercialisation des productions, le conseil, les ventes d’appros, etc. (sans oublier les particularités du statut coopératif pour les coops, rappelle Coop de France). « On est dans une position un peu spécifique. Quand on conseille, on a une respon­sa­bi­li­té par rapport à l’aval », appuie Pascal Viné. « On partage cette analyse du besoin de lien collecte-conseil-vente », abonde Damien Mathon.

La ligne rouge de la fracture totale

Si la FNA est prête à avancer, Damien Mathon pointe une limite : « Pour nous, la ligne rouge serait d’avoir une impossibilité totale de couvrir les deux activités au sein d’une même entreprise, d’avoir une fracture totale. »

Le sujet est à suivre, il sera d’ailleurs abordé dans l’atelier 11 des Etats généraux de l’alimentation. Et la mesure peut aller vite, quand on voit la vitesse à laquelle le président a mis en œuvre certaines promesses de campagne.

Marion Coisne

 Soyez le premier à commenter cet article
Commentaires : Fonctionnalité réservée aux abonnés

Si vous êtes abonné, inscrivez-vous ou identifiez-vous en haut du site. Vous aurez besoin de votre numéro d’abonné.

Je m'inscris

Si vous n'êtes pas abonné, vous pouvez profiter de l’intégralité des contenus du site www.agrodistribution.fr en vous abonnant à la revue Agrodistribution.

Je m'abonne

Découvrez notre revue papier pendant 2 mois ainsi que tous les contenus du site www.agrodistribution.fr en remplissant le formulaire suivant :

Je découvre

Charte des commentaires

Cours et marchés

Oléagineux

Colza
- 17/11/2017

  • Rendu Rouen
  • nov. déc. Flat (prix avec MI) 2017
  • 369,5 €/t
  • Fob Moselle
  • janv. mars A (acheteur) 2017
  • 378,5 €/t

Tournesol
- 17/11/2017

  • Rendu Saint-Nazaire
  • janv. avril A (acheteur) 2017
  • 320 €/t
Tous les cours et tendances

Contactez-nous

Une question
ou une
remarque
sur le site,
sur nos
articles ou sur
votre abonnement ?

contactez agrodistribution
Les publications du Groupe France Agricole

Le Groupe France Agricole compte également une maison d'édition : les éditions France Agricole et une activité événements : GFA Events

Conformément aux dispositions de la loi n° 98-536 du 1er juillet 1998 portant transposition dans le code de la propriété intellectuelle de la directive 96/9 CE du 11 mars 1996 concernant la protection juridique des bases de données, Agrodistribution.fr est producteur et propriétaire de tout ou partie des bases de données composant le présent site.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin de nous permettre d’améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus et paramétrer les traceurs. OK