Phytos : Trois coops proactives dans le Contrat de solutions - Actualités - Agrodistribution - Coopératives et négoces

Phytos Trois coops proactives dans le Contrat de solutions

Agrodistribution | Publié le vendredi 01 mars 2019 - 14h12

Le 28 février sur son stand au Sia, Coop de France a convié trois coopératives pour échanger sur leurs actions mises en place pour réduire l’usage de produits phytosanitaires, et leur engagement dans le Contrat de solutions.

Simon Verger, responsable commercialisation des céréales de Valfrance (à g.), Caterine Deschamps, directrice agronomie et innovation Axéréal, et Mathias Sexe, directeur agronomie et développement EMC2. © L. PETIT

Simon Verger, responsable commercialisation des céréales de Valfrance (à g.), Caterine Deschamps, directrice agronomie et innovation Axéréal, et Mathias Sexe, directeur agronomie et développement EMC2. © L. PETIT

Alors que le Contrat de solutions a finalement été signé par le ministre de l’Agriculture, Didier Guillaume, le 25 février lors du Sia, Coop de France, engagée dans ce contrat, a convié trois coopératives à venir témoigner des leviers qu’elles mettent en œuvre pour réduire l’utilisation de produits phytosanitaires.

L’innovation en collectif avec EMC2


Avec ses deux services agronomie expérimentation et agro-environnement, EMC2 expérimente et propose aux agriculteurs de nombreuses pratiques pour réduire l’usage des phytos tout en maintenant la performance économique de système. « C’est la mission même de notre service agronomie, celle que nous donnent les agriculteurs, ce Contrat de solutions est assez naturel pour nous, ce sont des solutions qu’on utilise et qu’on développe déjà, explique Mathias Sexe, directeur agronomie et développement EMC2, mais cette démarche nationale nous met en valeur, nous les pionniers, et est valorisante. »

Au travers des essais, notamment avec la plateforme Damier Vert, la coopérative présente les résultats techniques mais aussi économiques aux agriculteurs pour leur démontrer les bénéfices et les convaincre. Avec des groupes d’agriculteurs, tels que des GIEE, « on met en place de nouvelles formes d’expérimentation, l’innovation en collectif, analyse Mathias Sexe, on utilise la dynamique et la créativité des groupes mais cela permet aussi aux agriculteurs de se rassurer, et on a un rôle d’animateur ».

Axéréal prône le désherbage mécanique

« Chez Axéréal, on travaille sur ces sujets de systèmes de productions innovants depuis 2013 et on accompagne nos agriculteurs pour réduire l’usage de produits phytosanitaires, explique Caterine Deschamps, directrice agronomie et innovation Axéréal. On promeut beaucoup ces solutions alternatives, mais c’est un travail de longue haleine pour convaincre les agriculteurs, il faut leur montrer que ça peut marcher techniquement et économiquement. »

Depuis un an, la coopérative met en avant le désherbage mécanique. « Ce n’est pas la solution la plus économique ni la plus simple, mais il faut les convaincre que c’est réalisable. Il faut résoudre les impasses techniques, contourner les résistances, certains agriculteurs ont dépassé les 200 €/ha de désherbage, on doit leur faire comprendre qu’ils ne peuvent pas continuer comme ça », détaille Caterine Deschamps. Entre Terre de challenges, l’animation de groupes d’agriculteurs et les formations, tous les moyens sont mis en œuvre pour communiquer sur ces sujets. « Il y a un gros travail de sensibilisation des agriculteurs à faire, il y toujours des agriculteurs push, mais il faut aussi emmener la masse », continue-t-elle.

Du stockage sans insecticides pour Valfrance


Valfrance a mis en place des groupes froids dans certains silos pour le stockage des grains, dans l’intention de s’affranchir des insecticides de stockage. Cette décision a été prise pour répondre à plusieurs demandes. « La première chose, c’est que l’on est a à l’écoute de nos clients [...], qu’il y a de moins en moins d’insecticides de stockage disponibles, et c’est aussi une demande de notre personnel », explique Simon Verger, responsable commercialisation des céréales de Valfrance.

Après cette première campagne de stockage avec réfrigération ventilée, le bilan est positif pour la coopérative. « On envoie les marchandises à nos clients sans insecte, on refroidit la marchandise dès la réception, au bout d’un mois et demi, on atteint le pallier de 12 °C, alors qu’en air naturel on est toujours à 20-25 °C, et on n’est plus dépendant du climat », affirme Simon Verger. Il insiste cependant sur le fait que « ce n’est pas la solution miracle, cette action est combinée à plein d’autres choses, il faut étudier la problématique insectes dans son ensemble ».

Certains silos de la coopérative vont être identifiés sans insecticides de stockage. « On fait également un énorme travail sur la ventilation à l’air naturel, il faut se réapproprier cette technologie », complète-t-il. À la moisson, Valfrance collecte 60 % du volume global, 40 % reste en fermes. La coopérative a ainsi créé un groupe d’expert pour imaginer un accompagnement précis de ces sociétaires afin que tous maîtrisent au mieux leur stockage et de pouvoir répondre par la suite aux attentes de la coopérative et des clients.

Lucie Petit

 Soyez le premier à commenter cet article
Commentaires : Fonctionnalité réservée aux abonnés

Si vous êtes abonné, inscrivez-vous ou identifiez-vous en haut du site. Vous aurez besoin de votre numéro d’abonné.

Je m'inscris

Si vous n'êtes pas abonné, vous pouvez profiter de l’intégralité des contenus du site www.agrodistribution.fr en vous abonnant à la revue Agrodistribution.

Je m'abonne

Découvrez notre revue papier pendant 2 mois ainsi que tous les contenus du site www.agrodistribution.fr en remplissant le formulaire suivant :

Je découvre

Charte des commentaires

Cours et marchés

Oléagineux

Colza
- 20/03/2019

  • Rendu Rouen
  • avril juin N (nominale) 2018
  • 353 €/t
  • Fob Moselle
  • avril juin N (nominale) 2018
  • 360 €/t

Tournesol
- 21/03/2019

  • Rendu Saint-Nazaire
  • avril juin N (nominale) 2018
  • 325 €/t
Tous les cours et tendances

Contactez-nous

Une question
ou une
remarque
sur le site,
sur nos
articles ou sur
votre abonnement ?

contactez agrodistribution
Les publications du Groupe France Agricole

Le Groupe France Agricole compte également une maison d'édition : les éditions France Agricole et une activité événements : GFA Events

Conformément aux dispositions de la loi n° 98-536 du 1er juillet 1998 portant transposition dans le code de la propriété intellectuelle de la directive 96/9 CE du 11 mars 1996 concernant la protection juridique des bases de données, Agrodistribution.fr est producteur et propriétaire de tout ou partie des bases de données composant le présent site.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin de nous permettre d’améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus et paramétrer les traceurs. OK