Sud-Ouest  Euralis résiste en déployant ses stratégies

Agrodistribution | Publié le mardi 13 décembre 2016 - 10h07

Avant son assemblée générale qui aura lieu le 10 février prochain à Pau (Pyrénées-Atlantiques), Euralis a présenté ses chiffres de l’année aux journalistes. Son chiffre d’affaires brut (1 436 millions d’euros en 2016) a baissé de 4,5 % par rapport à 2015 et son résultat d’exploitation est en recul de 10 %.

Christian Pèes (à gauche), président d’Euralis, et Pierre Couderc, directeur général, ont présenté l’exercice 2015-2016 du groupe, clos au 31 août dernier, à une dizaine de journalistes invités au siège de la coopérative à Lescar (Pyrénées-Atlantiques). © F. JACQUEMOUD

Christian Pèes (à gauche), président d’Euralis, et Pierre Couderc, directeur général, ont présenté l’exercice 2015-2016 du groupe, clos au 31 août dernier, à une dizaine de journalistes invités au siège de la coopérative à Lescar (Pyrénées-Atlantiques). © F. JACQUEMOUD

« L’exercice a été difficile, malgré une performance moyenne cet été en céréales à paille, reconnaît Christian­ Pèes, président du groupe Euralis. L’influenza aviaire qui a touché nos palmipèdes gras, la baisse générale de l’assolement en semences et en légumes, les bovins viandes qui sont aussi touchés et la collecte de maïs qui devrait être en recul de 20 % en moyenne sur un marché mondial excédentaire qui va faire baisser les prix… Cette année, tous les chantiers sont compliqués. » Le groupe affiche ainsi un chiffre d’affaires brut de 1 436 millions d’euros en 2016, en baisse de 4,5 % (- 40 millions d’euros) par rapport à 2015 et un résultat d’exploi­ta­tion, en recul de 10 %.

22 millions d’euros perdus en canards gras

Comme les autres coopératives du Sud-Ouest impliquées dans la filière foie gras, le groupe Euralis a beaucoup perdu à cause de la crise aviaire et de l’arrêt de la production qui a suivi. Le recul est de 17 millions d’euros sur son activité foie gras et 5 millions d’euros sur sa filière d’alimentation animale Sanders Euralis, faute de canards à nourrir. Autre point noir, la baisse des taux de change en Russie et en Ukraine, où sont vendues les semences produi­tes en Ukraine et en Roumanie, a fait perdre 10 millions d’euros au groupe.

Mais les résultats résistent

« Malgré ce recul du chiffre d’affaires, nos résultats résistent bien, tempère Pierre Couderc, le directeur général. L’Ebitda avant amortissement est de 47 millions d’euros et le résultat d’exploitation est de 20 millions d’euros. Ils restent tous deux supérieurs à ceux de 2014. Notre stratégie de renforcement de la compétitivité, dont l’objectif est d’économiser chaque année 3 % des frais du groupe, nous permet d’économiser 9 millions d’euros. Au lieu d’investir cet argent dans notre développement, comme nous l’avons fait ces dernières années, nous l’avons utilisé pour combler les pertes et accompagner nos adhérents. Seul le budget R & D (26 millions d’euros) a augmenté de 1 million d’euros (+ 4 %). »

Des avancées en Russie, Chine et Amérique du Nord

La stratégie d’Euralis est aujourd’hui de continuer à se déployer à l’international. Le groupe a renforcé ses accords commerciaux exclusifs avec Bayer en Russie pour la vente de semences de maïs et tournesol, en hausse de 20 %. Présent au Canada, sur l’élevage et le gavage de palmipèdes gras et sur la transformation des foies gras, il a vendu 300 000 canards en Amérique du Nord (+ 11 %). En Chine, où il a monté une filière, sa production pour la restauration haut de gamme a doublé pour atteindre 350 000 têtes.

Des innovations pour renforcer la valeur ajoutée

Enfin, dans le secteur des innovations, ses ventes de semences de colza Euralis semences ont progressé de 15 % et la solution des hélicouverts, semis de couverts sur maïs non récolté réalisés par hélicoptère, lancée l’année dernière, a déjà été utilisée sur 800 ha. Le groupe renforce aussi ses productions à valeur ajoutée en cultures, élevage, viticulture ou encore dans la filière soja du Sud-Ouest avec un outil de transformation en construction à Vic-en-Bigorre (Hautes-Pyrénées) qui sera opérationnel l’été prochain.

Florence Jacquemoud

 Soyez le premier à commenter cet article
Commentaires : Fonctionnalité réservée aux abonnés

Si vous êtes abonné, inscrivez-vous ou identifiez-vous en haut du site. Vous aurez besoin de votre numéro d’abonné.

Je m'inscris

Si vous n'êtes pas abonné, vous pouvez profiter de l’intégralité des contenus du site www.agrodistribution.fr en vous abonnant à la revue Agrodistribution.

Je m'abonne

Découvrez notre revue papier pendant 2 mois ainsi que tous les contenus du site www.agrodistribution.fr en remplissant le formulaire suivant :

Je découvre

Charte des commentaires

Cours et marchés

Oléagineux

Colza
- 14/11/2018

  • Rendu Rouen
  • janv. mars N (nominale) 2018
  • 374 €/t
  • Fob Moselle
  • janv. mars N (nominale) 2018
  • 378 €/t

Tournesol
- 15/11/2018

  • Rendu Saint-Nazaire
  • nov. mars N (nominale) 2018
  • 300 €/t
Tous les cours et tendances

Contactez-nous

Une question
ou une
remarque
sur le site,
sur nos
articles ou sur
votre abonnement ?

contactez agrodistribution
Les publications du Groupe France Agricole

Le Groupe France Agricole compte également une maison d'édition : les éditions France Agricole et une activité événements : GFA Events

Conformément aux dispositions de la loi n° 98-536 du 1er juillet 1998 portant transposition dans le code de la propriété intellectuelle de la directive 96/9 CE du 11 mars 1996 concernant la protection juridique des bases de données, Agrodistribution.fr est producteur et propriétaire de tout ou partie des bases de données composant le présent site.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin de nous permettre d’améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus et paramétrer les traceurs. OK