Tech & bio 2017  Perret, Bernard, Cocebi… Ils racontent le bio

Agrodistribution | Publié le mercredi 20 septembre 2017 - 17h32

Le 20 septembre, près de Valence (Drôme), se tenait la cinquième édition du salon Tech & bio, dédié au secteur­. Le groupe Perret, les Ets Bernard, la Cocebi et Coop de France témoignent, entre nouveaux projets et bilan d’une bonne récolte 2017.

Dans les allées de Tech & bio 2017, de nombreux stands de distributeurs, coopératives comme négoces, acteurs historiques ou plus récents, étaient présents. © M. COISNE

Dans les allées de Tech & bio 2017, de nombreux stands de distributeurs, coopératives comme négoces, acteurs historiques ou plus récents, étaient présents. © M. COISNE

Comme le résume ce distributeur croisé au détour d’une allée, « c’est très sympa, Tech & bio. Il y a une ambiance d’innovation, d’optimisme qu’on ne sent plus vraiment dans les salons conventionnels ». De fait, l’histoire du salon qui se tient une année sur deux, est une success-story : créé en 2007, il affichait alors 4 000 visiteurs pour 85 exposants. Cette année, il compte 350 exposants, et attend 17 000 visiteurs.

Malgré la bonne santé du secteur du bio, l’édition est marquée par les incertitudes sur les aides. « La problé­ma­ti­que des aides pas payées, pas pérennisées, limite les conversions », résume Jean Buet, à la tête de la coopérative Cocebi, en Bourgogne. Même si de l’autre côté, les difficultés en conventionnel, notamment, poussent les agriculteurs à sauter le pas. Et c’est toute la filière qui se met au bio.

Bientôt un silo bio au groupe Perret

Au groupe Perret qui couvre un large croissant dans le sud-est de la France, le bio n’est pas encore une filière en tant que telle. Mais le sujet est bien avancé. Actuellement, « nous avons six conseillers techniques, dont deux sur des aspects de protection intégrée, qui travaillent sur le bio », indique François Grange, responsable de la zone Rhône-Alpes chez le négociant. Ces CAP (conseillers agronomiques préconisateurs) sont mixtes.

François Grange, responsable de la zone Rhône-Alpes chez le négociant Perret. © M. COISNEFrançois Grange, responsable de la zone Rhône-Alpes chez le négociant Perret. © M. COISNE

Côté collecte, elle est actuellement faite via des partenariats, comme avec les Moulins Marion. « Mais on va reprendre un silo conventionnel qui sera dédié au bio, annonce François Grange. On a déjà les débouchés. » A l’origine de ce nouveau projet, « on faisait du suivi technique et des agriculteurs nous ont dit, si vous faites de la collecte, on vous suit. » Même si le groupe reste surtout intervenant sur l’amont.

Bio Bernard est né

Chez Bernard Productions végétales, 2017 aura été la seconde campagne de collecte bio. A la base, le soja alimentaire : « Nous avions une filière classique, et il y avait une demande de l’aval pour du bio », relate Michel­ Fournier, qui s’occupe du bio sur la partie sud de la zone du négoce. Un silo conventionnel a été dédié au bio et la filière Bio Bernard est née en avril dernier.

Michel Fournier s’occupe du bio sur la partie sud de la zone du négoce Bernard Productions végétales. © M. COISNEMichel Fournier s’occupe du bio sur la partie sud de la zone du négoce Bernard Productions végétales. © M. COISNE

« Au total, une quarantaine d’agriculteurs bio travaillent avec nous, explique Michel Fournier. Certains étaient déjà en bio et sont venus chez nous, d’autres sont en train de passer le pas. » Le conseiller, depuis neuf ans chez Bernard PV, conserve des clients en conventionnel.

Collecte doublée chez Cocebi

Jean Buet, à la tête de la coopérative Cocebi et union bio semences (ubios). © M. COISNEJean Buet, à la tête de la coopérative Cocebi et union bio semences (ubios). © M. COISNE

Jean Buet, à la tête de la coopérative Cocebi et union bio semences (ubios), dresse un bilan positif de la collecte 2017, avec toutefois des zones plus hétérogènes. « En Bourgogne et en Lorraine, il y a eu des coups de chauds violents au printemps, ce qui a impacté les pois et les lentilles », illustre-t-il.

Et surtout, « on a vu un phénomène remarquable : rendement et protéine ont été au rendez-vous », relate Jean Buet, qui dresse deux hypothèses : un hiver pas trop froid favorable à la minéralisation et un effet reliquat. Des explications possibles, mais avis aux agronomes ! « Il y a même des orges de printemps qui ne passent pas en brasserie à cause de la protéine », note Jean Buet. Au total, l’union vise 65 000 tonnes. Une belle progression : chez Cocebi, les volumes ont doublé par rapport à l’an dernier, passant à 30 000 tonnes en consommation, et 3 000 tonnes en semences.

2017, l’année du C2

Chez Coop de France Midi-Pyrénées, Pierre Pradalié dresse un bon bilan de collecte qui s’est terminée. « C’est une bonne année, on a eu une collecte beaucoup plus abondante en blé, avec une bonne qualité », explique l’intéressé. Mais surtout, « c’est l’année du C2 (deuxième année de conversion). Il y en a eu énormément en 2015 et 2016. »

Pierre Pradalié, de Coop de France Midi-Pyrénées. © M. COISNEPierre Pradalié, de Coop de France Midi-Pyrénées. © M. COISNE

Et 2018 ? « A priori les conversions se sont tassées, vu les incertitudes sur les aides. » Un C2 en 2017 qui a été bien absorbé : « On a solutionné le problème du stockage et on a beaucoup échangé notamment avec les fab en amont. On devrait avoir consommé une grande partie du C2 cette année, et les volumes restants pourront passer l’année suivante. »

Marion Coisne

 Soyez le premier à commenter cet article
Commentaires : Fonctionnalité réservée aux abonnés

Si vous êtes abonné, inscrivez-vous ou identifiez-vous en haut du site. Vous aurez besoin de votre numéro d’abonné.

Je m'inscris

Si vous n'êtes pas abonné, vous pouvez profiter de l’intégralité des contenus du site www.agrodistribution.fr en vous abonnant à la revue Agrodistribution.

Je m'abonne

Découvrez notre revue papier pendant 2 mois ainsi que tous les contenus du site www.agrodistribution.fr en remplissant le formulaire suivant :

Je découvre

Charte des commentaires

Cours et marchés

Oléagineux

Colza
- 22/01/2019

  • Rendu Rouen
  • mars mai N (nominale) 2018
  • 365 €/t
  • Fob Moselle
  • janv. mars N (nominale) 2018
  • 375 €/t

Tournesol
- 22/01/2019

  • Rendu Saint-Nazaire
  • janv. mars N (nominale) 2018
  • 310 €/t
Tous les cours et tendances

Contactez-nous

Une question
ou une
remarque
sur le site,
sur nos
articles ou sur
votre abonnement ?

contactez agrodistribution
Les publications du Groupe France Agricole

Le Groupe France Agricole compte également une maison d'édition : les éditions France Agricole et une activité événements : GFA Events

Conformément aux dispositions de la loi n° 98-536 du 1er juillet 1998 portant transposition dans le code de la propriété intellectuelle de la directive 96/9 CE du 11 mars 1996 concernant la protection juridique des bases de données, Agrodistribution.fr est producteur et propriétaire de tout ou partie des bases de données composant le présent site.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin de nous permettre d’améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus et paramétrer les traceurs. OK