Vives tensions chez Tereos  François Leroux, président du conseil de surveillance, s’exprime

Agrodistribution | Publié le mercredi 08 août 2018 - 11h16

Après la démission de 70 des 73 élus de cinq sucreries de la coopérative, son président François Leroux a choisi, après plusieurs semaines de silence de répondre à nos questions. Il veut rassurer ses clients et partenaires en rappelant que Tereos va bien.

Le président de Tereos, François Leroux, annonce : « Nous avons pris la décision de lancer une procédure qui pourrait aboutir à l’exclusion de trois coopérateurs. » © DR

Le président de Tereos, François Leroux, annonce : « Nous avons pris la décision de lancer une procédure qui pourrait aboutir à l’exclusion de trois coopérateurs. » © DR

Après la démission de 70 conseillers de région sur les 73 des cinq sucreries Nord-Pas-de-Calais et Oise de Tereos et sur les 172 que compte la coopérative dans son ensemble, son président François Leroux estime que tout est venu d’une « banale histoire d’élection perdue », celle de Gérard Clay, président de la région Nord Littoral au sein de la coopérative qui s’est présenté à la présidence et à la vice-présidence du conseil de surveillance et n’a tout simplement pas été élu.

Un fonctionnement complètement démocratique

Ses dirigeants sous-estiment-ils la crise qui secoue la coopérative ? Les démissionnaires dans leur communiqué avaient parlé de « malaise profond depuis plus d’un an », de « manque de transparence » et de « débats confisqués ». Sur ce point, le président de Tereos insiste sur le fonctionnement complètement démocratique de la coopérative, avec un homme - une voix et des élections à bulletin secret.

Sur la question du manque de transparence et de débats, « c’est faux, assure François Leroux. Nous n’avons jamais autant débattu au sein de la coopérative que depuis un an. Nous avons conduit une centaine de réunions­ de gouvernance, une douzaine de réunions de l’ensemble des conseillers de région et depuis mars, deux séminaires du conseil pour débattre en profondeur de la stratégie de la coopérative ».

Une représentativité territoriale maintenue

Même si Tereos a agi de façon démocratique et que tout a été conduit dans les règles sur le plan juridique, cette démission massive d’élus pourrait donner l’impression aux adhérents des sucreries concernées d’être coupés de leur coopérative. « Absolument pas, assure François Leroux. Je regrette profondément la démission de ces élus, mais les adhérents des régions concernées continuent à être représentés. Je suis le représentant des 12 000 agriculteurs qui constituent Tereos, tout comme le sont les autres membres du conseil de surveillance. » Trois membres du conseil des régions Nord-Pas-de-Calais et Oise n’ont d’ailleurs pas démissionné.

L’exclusion de trois coopérateurs ?

« Si j’ai choisi de m’exprimer aujourd’hui c’est parce que Tereos est victime depuis plusieurs semaines d’une campagne de dénigrement qui porte préjudice aux coopérateurs, à l’entreprise, auprès de ses partenaires et de ses clients, ajoute le président. Il faut que cela cesse. » Le conseil de surveillance a pour cela pris une décision grave, celle « de lancer une procédure qui pourrait aboutir à l’exclusion de trois coopérateurs ».

Des élections en juin 2019

Il indique également que les postes vacants seront renouvelés selon le calendrier prévu dans les statuts, c’est-à-dire, en ce qui concerne les conseillers de région, au cours d’élections lors des assemblées générales de juin 2019. « D’ici là, dans un courrier que j’ai adressé à l’ensemble des adhérents, j’ai invité ceux qui dans les régions concernées par les démissions, souhaitent s’impliquer dans la vie de la coopérative, à se manifester pour travailler avec nous au sein des commissions par exemple, précise François Leroux. Plusieurs l’ont d’ailleurs déjà fait. »

Pas de perte de rentabilité

Les démissionnaires reprochent également à la coopérative, une perte de rentabilité par rapport aux groupes concurrents, notamment Sudzucker et Nordzucker, et un retour de dividendes trop faible pour les coopérateurs.

Sur cette question, « on voudrait nous faire croire que Tereos va mal, ajoute le président de Tereos. Eh bien non, Tereos va bien. Son chiffre d’affaires n’a jamais été aussi élevé, 5 milliards d’euros. Son résultat opérationnel (Ebitda) est resté à un niveau élevé, 600 M€, en hausse de 30 % par rapport à il y a deux ans. Et si nous avons terminé l’exercice avec un résultat net de moins 18 M€, c’est parce que nous avons redistribué 42 M€ aux agriculteurs. Le résultat net avant redistribution était de 24 M€. Notre dette s’élève à 2,3 Mds€, mais elle n’a évolué que de 200 M€ depuis dix ans, alors que nos actifs se sont renforcés de 2 Mds€ pendant le même temps. Enfin malgré la crise, nous avons tenu nos engagements sur le prix des betteraves ».

Blandine Cailliez

 Soyez le premier à commenter cet article
Commentaires : Fonctionnalité réservée aux abonnés

Si vous êtes abonné, inscrivez-vous ou identifiez-vous en haut du site. Vous aurez besoin de votre numéro d’abonné.

Je m'inscris

Si vous n'êtes pas abonné, vous pouvez profiter de l’intégralité des contenus du site www.agrodistribution.fr en vous abonnant à la revue Agrodistribution.

Je m'abonne

Découvrez notre revue papier pendant 2 mois ainsi que tous les contenus du site www.agrodistribution.fr en remplissant le formulaire suivant :

Je découvre

Charte des commentaires

Cours et marchés

Oléagineux

Colza
- 13/12/2018

  • Rendu Rouen
  • janv. mars N (nominale) 2018
  • 369 €/t
  • Fob Moselle
  • janv. mars N (nominale) 2018
  • 372,5 €/t

Tournesol
- 14/12/2018

  • Rendu Saint-Nazaire
  • déc. mars N (nominale) 2018
  • 305 €/t
Tous les cours et tendances

Contactez-nous

Une question
ou une
remarque
sur le site,
sur nos
articles ou sur
votre abonnement ?

contactez agrodistribution
Les publications du Groupe France Agricole

Le Groupe France Agricole compte également une maison d'édition : les éditions France Agricole et une activité événements : GFA Events

Conformément aux dispositions de la loi n° 98-536 du 1er juillet 1998 portant transposition dans le code de la propriété intellectuelle de la directive 96/9 CE du 11 mars 1996 concernant la protection juridique des bases de données, Agrodistribution.fr est producteur et propriétaire de tout ou partie des bases de données composant le présent site.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin de nous permettre d’améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus et paramétrer les traceurs. OK