Le silo portuaire de Dunkerque confirme son dynamisme et sa vocation internationale lors de la campagne 2019-2020. Elle sort même renforcée après la crise du Covid-19. C’est en tout cas le bilan que tirent Laurent Bué, son président, et Joël Ratel, son DG, à la veille du démarrage de la moisson dans la grande région Nord.

« Sur l’exercice 2019-2020, ce ne sont pas moins de 2,4 Mt de blé qui auront été exportées au départ de Dunkerque, vers les meuneries des pays étrangers, auxquelles il faut ajouter les exportations de 400 000 t d’orges fourragères et brassicoles et de pulpes sèches », précise Joël Ratel. Ce qui correspond à 2,8 Mt exportées, toutes productions confondues, contre 1,3 Mt l’an dernier.

Un engagement de tous les acteurs

Les dirigeants de la Sica en profitent pour saluer l’implication de la filière pendant la crise du coronavirus. « Cette réussite a été rendue possible par l’engagement de tous les acteurs de la filière qui se sont mobilisés de manière exemplaire toute l’année, et tout particulièrement ces derniers mois pour honorer les commandes de pays étrangers », remarque Laurent Bué, président de Nord Céréales.

Des dockers aux mariniers, en passant par les exportateurs, les coopératives et négoces, les chauffeurs routiers ou encore les équipes de Nord Céréales, tous ont répondu présent au plus fort de la crise. « Nos clients sauront se souvenir de notre professionnalisme », souligne Joël Ratel.

Sécuriser les stocks alimentaires de nos clients

« Ce haut niveau d’exportations révèle le besoin crucial de nombreux pays étrangers à sécuriser des stocks alimentaires en période de crise, ajoute Laurent Bué. À l’heure où l’on parle de relocalisation, il est important de prendre conscience que nous ne sommes pas tous autosuffisants. La sécurité alimentaire dépend de l’équilibre entre importations et exportations. »

Blandine Cailliez