Lors de la table ronde du réseau Agri-Sentinelles organisée par La Coopération agricole sur son stand au Salon de l’agriculture, le député Olivier Damaisin est venu saluer les partenaires de ce réseau. Ceux-ci, qu’ils soient déjà membres ou en passe de le devenir, assistaient à une présentation d’Agri-Sentinelles par Stéphane Devillers, responsable pôle juridique de l’union de coopératives agricole Allice et à l’origine de ce réseau, porté par La Coopération agricole dans le cadre d’un projet Casdar.

Un rapport à rendre dans 6 mois

Le député du Lot-et-Garonne venait d’être missionné officiellement par le gouvernement, à l’ouverture du Sia, pour réaliser une enquête sur le mal-être des agriculteurs et proposer des pistes de prévention du suicide. Un rapport devrait être rendu dans six mois au Premier ministre et aux ministres de l’Agriculture et de la Santé. Cette initiative vient compléter celle du Sénat qui a diligenté une commission pour travailler également sur des pistes de prévention, et étoffer ainsi un projet de loi mis en suspens à ce jour.

Les coopératives en particulier concernées

« Dans la longue discussion que j’ai eue avec Olivier Damaisin, j’ai fortement insisté sur la création de liens sociaux avec les agriculteurs dans les territoires. Sur ce point, les coopératives agricoles sont particulièrement concernées, relate Stéphane Devillers. Il s’agit de rompre les déserts de liens sociaux dans les campagnes. »

Le réseau Agri-Sentinelles, lancé lors du Space à Rennes en septembre 2018, a pour objectif de faciliter la détection et la prévention des situations de détresse en agriculture. Et également de guider toute personne en contact avec l’agriculteur afin d’apprendre à détecter les premiers signaux bien en amont d’un potentiel geste fatal et la posture à adopter.

10 000 sentinelles potentielles

Pour cela, ce réseau, dont l’animation technique a été confiée à l’Institut de l’élevage (Idele), s’est doté d’un site ouvert depuis septembre 2019. « Une boîte à outils pour les 10 000 sentinelles potentielles gravitant autour des éleveurs », explique Stéphane Devillers. L’élevage réclame une attention particulière car « ce sont surtout ses agriculteurs qui sont touchés par le suicide, en particulier en élevage laitier ».

Des réunions en région à partir de juin

Après le Sia, la mobilisation continue. Des réunions régionales sont prévues à partir de juin afin de mobiliser tous les acteurs du terrain. « La prévention fonctionnera si tout le monde se parle sur le terrain et alerte les uns ou les autres », souligne Stéphane Devillers qui invite tout partenaire des agriculteurs à rejoindre le réseau, fort d’une trentaine d’organisations membres. « Sans pour autant se substituer à la MSA et aux autres acteurs de l’accompagnement des agriculteurs en situation de détresse, nous sommes juste là pour guider les personnes et orienter les agriculteurs vers les spécialistes de l’accompagnement. »

Hélène Laurandel