La Cavac propose depuis longtemps des gammes de minéraux aux éleveurs mais cette année, elle passe le cap en intégrant sa propre production. « À la base du projet, il y a l’idée d’éviter aux opérateurs de porter les 240 tonnes en sacs de 25 kg qu’ils manipulaient chaque année, explique Jérôme Pineau, responsable ruminants à la Cavac. Nous avons donc commencé par réfléchir à l’organisation en passant à une réception en big bag. Nous avons désormais une station MiniMix avec 96 microcellules de réception, de 1 à 3 m3, protégées des émissions de poussières pour éviter tout risque d’inhalation par les opérateurs. »

Répondre à la diversité des rations de base

L’usine de Fougeré (Vendée) a donc bien évolué en 2018-2019, les nouveaux investissements ayant permis de réduire de 80 % les manutentions et les émissions de poussières. Outre le bien-être et la protection des salariés, le site rénové compte également une mélangeuse et permet, dans la logique du « local », de fabriquer les minéraux pour répondre à la diversité des rations de base des sociétaires.

« Le modèle tourteau de soja-maïs n’est plus aussi dominant et il faut accompagner cette diversité par une plus grande flexibilité de notre part », ajoute Nicolas Picard, directeur de la filière ruminants.

Une ligne d’extrusion en plus

En complément des minéraux « made in Cavac », la coopérative s’est également équipée d’une ligne d’extrusion. « Nous sommes capables localement de produire des protéines de lin, de féverole et de colza et de valoriser l’énergie des grains de nos sociétaires pour les animaux de nos sociétaires. Nous n’extrudons pas des matières premières mais bien des formules, toujours dans l’idée d’apporter une réelle flexibilité », précise Jérôme Pineau.

Yanne Boloh