Vendredi 20 mars, Magasin vert Lorca de Lemud, en Moselle. Six clients patientent, à distance réglementaire, devant l’entrée. À l’intérieur, pas plus de cinq personnes à la fois. Charles Colasse, directeur de Vertugo (nouveau nom de Seve), la filiale Jardin et terroir du groupe, est présent, venu vérifier que tout se passe bien et soutenir ses troupes.

« Ce n’est pas facile pour le personnel, souligne-t-il. Même si la très grosse affluence de début de semaine est passée. Vendeurs, caissières ont dû faire face à des incivilités. Mais notre mission de base est plus que jamais d’actualité : subvenir aux besoins essentiels des ruraux, tout en soutenant l’activité agricole pure. »

Vers une réduction des horaires d’ouverture

Les caissières portent des gants et sont abritées derrière une vitre en plexiglas. Seul le paiement par carte bancaire est accepté. © D. PÉRONNE

À l’intérieur du magasin, les deux caissières portent des gants et sont abritées derrière un paravent en plexiglas. Des marquages au sol délimitent le positionnement des clients au passage en caisse. « Toutes les consignes sont bien appliquées dans nos 59 magasins, insiste Charles Colasse. Le personnel se lave fréquemment les mains. Des casques avec visière en plexiglas sont également à disposition, mais non obligatoires. Le paiement se fait uniquement par carte bancaire. Nous faisons tourner le personnel en caisse dans la mesure du possible, pour éviter la fatigue et surtout le stress. »

Les produits les plus achetés, pellets, aliments volailles et animaux de compagnie, les sacs de pommes de terre sont à disposition, dès l’entrée du magasin, pour limiter la circulation. Si pour le moment, aucune rupture d’approvisionnement n’est à craindre, Charles Colasse est un peu plus inquiet pour les plants de légumes. La plateforme logistique, située de l’autre côté de la route, et qui livre tous les magasins, tourne normalement.

La solution drive va être mise en place

« Dans les prochains jours, nous allons nous adapter encore, réduire les horaires d’ouverture, fermer certains points de vente. Nous allons mettre en place des drives pour les particuliers et les agriculteurs : les clients commanderont par téléphone ou internet et viendront chercher leur marchandise sans rentrer dans le magasin. Ceci afin de préserver nos employés, nos clients et nos adhérents. »

Dominique Péronne