Imprimer Envoyer par mail Commenter

Dossier Le retour de la sélection en France

réservé aux abonnés

Blandine Cailliez

Avec le rachat de SESVanderHave par Florimond Desprez, et de Strube par Deleplanque, la France assure à nouveau le leadership en betterave sucrière.

Entre la betterave sucrière et la France, c’est une longue histoire qui a démarré avec Napoléon Ier, mais qui a été faite de va-et-vient. L’essor de l’industrie sucrière s’est accompagné de celui des semences de betteraves. Si la multiplication de ces semences est à l’origine de nombreuses maisons de semences du nord de la France, comme Lemaire Deffontaines ou Florimond Desprez, elle s’est ensuite dé...
Contenu réservé aux abonnés Agrodistribution
pour vous connecter et poursuivre la lecture
1%

Vous avez parcouru 1% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à Agrodistribution
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Profitez de notre progressive web app
  • > Recevez les 4 newsletters
  • > Recevez 1 numéros chez vous
J'en profite !
Les producteurs de betteraves attendent aujourd’hui beaucoup de la sélection. © Blandine Cailliez
La production de semences, un gros atout pour l’Hexagone
Le Sud-Ouest accueille les deux tiers des surfaces de production de semences. Ici, l’usine SESVanderHave de Calignac (Lot-et-Garonne).Blandine Cailliez © Blandine Cailliez

Si la France est le premier pays producteur de betteraves sucrières, elle s’est aussi fait une spécialité en produisant une grande partie des semences de betteraves produites en Europe. « Les productions sont réparties dans quatre régions, le Sud-Ouest qui est la plus importante avec deux tiers des surfaces, selon le Gnis, le Sud-Est et le sud du Bassin parisien avec 14 % des surfaces, et le Poitou-Charentes avec 6 %. « Les retombées pour la balance commerciale sont difficiles à appréhender car les semences font l’objet de beaucoup d’échanges avec les pays voisins, reconnaît Philippe Silhol, du Gnis. Elles sont produites et triées en France mais, pour une grande part, enrobées et conditionnées dans d’autres pays, surtout en Belgique et en Allemagne. La France renforce aussi sa position de leader en Europe en production de semences de betteraves fourragères, grâce à l’augmentation de la demande à l’export, notamment à destination de pays comme la Nouvelle-Zélande et l’Australie qui les utilisent de plus en plus comme fourrage en élevage laitier. »

En chiffres

Sélectionneurs : 4

Surface de production : 450 700 ha

Surface de production de semences : 5 918 ha

Chiffre d’affaires : 179,3 M€

Ventes en France : 106,9 M€

Chiffre d’affaires export : 72,4 M€

Budget consacré à la recherche : 16 M€

Imprimer Envoyer par mail Commenter