Imprimer Envoyer par mail Commenter

Dossier Recherche nouveau souffle

réservé aux abonnés

Blandine Cailliez

Un marché des protéines à reconquérir, des surfaces de colza et de tournesol à retrouver, un attrait pour de nouvelles cultures à satisfaire, les semenciers sont confrontés aux mêmes enjeux que toute la filière oléoprotéagineuse.

Bien que l’Europe ait pris conscience de son extrême dépendance vis-à-vis des importations, pour son approvisionnement en protéines, les oléagineux, colza et tournesol, peinent aujourd’hui à convaincre les agriculteurs, et les protéagineux souffrent depuis des années. Il faut dire que ces cultures ont eu des années compliquées à gérer sur le plan agronomique. Introduit en France au début des anné...
Contenu réservé aux abonnés Agrodistribution
pour vous connecter et poursuivre la lecture
1%

Vous avez parcouru 1% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à Agrodistribution
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Profitez de notre progressive web app
  • > Recevez les 4 newsletters
  • > Recevez 1 numéros chez vous
J'en profite !
Blandine Cailliez © Blandine Cailliez
La carte du non-OGM français pour le soja
Blandine Cailliez © Blandine Cailliez

Après plusieurs tentatives d’implantation de la culture en France dans les années 1980, puis 1990, le soja suscite à nouveau depuis dix ans l’intérêt des agriculteurs. Avec 163 100 ha en France en 2019, les surfaces ont plus que doublé au cours des cinq dernières années, et quadruplé au cours des dix dernières puisqu’elles n’occupaient que 76 000 ha en 2014 et 40 000 ha en 2009. Cet attrait pour le soja a mobilisé plusieurs semenciers, Euralis, RAGT, Agri-Obtentions, Sem-Partners, Caussade, Saatbau France… La sole reste cependant très modeste au regard de la consommation intérieure. « La France importe 3,5 Mt de tourteaux de soja pour l’alimentation animale, alors qu’elle n’a produit que 400 000 t de graines en 2018 », note Terres Univia. « La production ne pourra se développer qu’en filières, en valorisant le non-OGM », estime Philippe Silhol, du Gnis. C’est la démarche qu’a engagée en 2018 Terres Univia avec sa charte « Soja de France ». Il s’agit de productions garanties sans OGM d’origine France, tracées et durables, qui mobilisent toute la filière, du semencier au transformateur. En 2019, un millier d’agriculteurs ont produit du soja, notamment chez Euralis. Objectif : atteindre une production de 650 000 t en France à l’horizon 2025, dont au moins la moitié engagée sous charte Soja de France. Pour satisfaire les besoins en semences, la production s’élevait en 2018 à 4 722 ha.

En chiffres

Colza

Sélectionneurs colza : 13

Établissements producteurs de semences : 25

Surface de production : 1,14 Mha

Surface de production de semences : 15 080 ha

Tournesol

Surface de production : 600 000 ha

Oléagineux

Chiffre d’affaires : 527,8 M€

Ventes en France : 170,9 M€

Ventes à l’export : 356,9 M€

Budget consacré à la recherche : 66 M€ (enquête Gnis réalisée en 2016)

Source : Gnis 2018 et 2016, Agreste 2019

En chiffres

Protéagineux

Sélectionneurs : 8

Surface de production : 179 300 ha

Surface de production de semences : 9 100 ha

Production de semences : 231 900 q

Ventes en France : 197 100 q

Ventes à l’export : 30 290 q

Source : Gnis 2018, Agreste 2019

Imprimer Envoyer par mail Commenter