VIE PRO - SAVOIR-FAIRE - Assurer une bonne ventilation des grains - Assurer une bonne ventilation des grains

Pour bien conserver la maigre collecte de cette année Assurer une bonne ventilation des grains

Renaud Fourreaux - Agrodistribution - n°275 - octobre 2016 - page 48

Les faibles quantités et qualités de cette collecte vont dégrader la performance de conservation à la tonne. Ce peut être justement l'occasion de revoir les bonnes pratiques et d'étudier les pistes de progrès en matière de nettoyage et de ventilation des grains.

« La ventilation de refroidissement à l'air ambiant, c'est pas forcément sorcier, mais il n'est pas rare d'observer un mauvais dimensionnement de ces matériels et un manque de formation du personnel, expose Maud Mathie, gérante de TechniGrain. Et si ce n'est qu'une étape dans la préservation de la qualité technologique des grains, c'est l'un des moyens les plus efficaces. » Elle permet en effet de refroidir le grain afin de le mettre en vie ralentie et limiter la perte de poids et de qualité technologique, « freinte physiologique », ainsi que de ralentir préventivement le développement des insectes. Dans ce cadre, il est nécessaire de respecter les paliers successifs. En général, le premier palier ramène la température à 20-25° C. En automne, deux autres paliers permettent d'abaisser la température à 15, puis 10° C environ. « Après chaque palier, il ne faut pas oublier de fermer les trappes de ventilation afin d'éviter les phénomènes de tirage », alerte le guide de conception des silos de Coop de France. « Plus le grain est propre, mieux il se conserve et meilleure est sa qualité sanitaire, rappelle Maud Mathie. Sachant que lorsqu'on nettoie, on fait une freinte supplémentaire et on bride le débit de la manutention. Mais si on ne le fait pas, l'air va être moins bien distribué et la ventilation moins efficace. » D'où la nécessité d'orienter en amont, et encore plus cette année, les grains vers des épurateurs, émotteurs et autres nettoyeurs séparateurs, qui permettent de réduire les impuretés et donc de limiter les insectes et les départs de feu. Jérémie Descours, consultant énergies chez Services Coop de France, recommande de « se rapprocher des normes sur les taux d'impuretés, ni plus ni moins. Eviter la surqualité est un vrai levier de réduction des coûts ». Bien régler les machines en fonction du travail à effectuer pour ne pas perdre trop de matière d'une part et pour s'approcher de l'optimum énergétique d'autre part ne s'improvise pas. « Il est indispensable de veiller au bon état des grilles (usure et colmatage des trous) et à la propreté des surfaces filtrantes », pointe de son côté le Guide silo de l'interprofession.

Tester les variateurs de vitesse

En matière de ventilation, des pistes de progrès existent puisque selon l'Observatoire de l'énergie de Coop de France, la durée de ventilation inutile est de 76 % de la durée totale de ventilation ! Dans une optique d'optimisation, Services Coop de France préconise l'installation de variateurs de vitesse sur les ventilateurs. Ce qu'a d'ailleurs fait Terre d'Alliances dans son silo de Villefranche-sur-Saône (Rhône). « Cela consiste à réajuster automatiquement le débit d'air injecté dans la galerie en fonction de la pression qui règne dans la galerie pendant une demi-heure au démarrage du ventilateur », détaille Martial Mango, adjoint au responsable technique. Résultat : des économies d'énergie et une meilleure qualité de ventilation. « On stabilise plus vite le grain en réduisant le temps d'atteinte des paliers. » « Certains sites sont déjà dotés de variateurs de vitesse sur les ventilateurs mais ceux-ci ne sont pas forcément paramétrés, regrette Jérémie Descours. L'efficacité énergétique du process est donc non optimale. Nous proposons cette prestation de paramétrage et mise en oeuvre à nos clients. » Cela reste néanmoins plus facile et moins coûteux à mettre en place dans un nouveau silo.

La ventilation réfrigérée, à réfléchir

Si la ventilation classique à l'air ambiant peut paraître moins coûteuse à première vue, il faut penser qu'elle nécessite environ trois mois de fonctionnement contre une vingtaine de jours pour une ventilation réfrigérée (ordre de grandeur). Un calcul de Services Coop de France sur 12 000 t d'orge a chiffré des économies annuelles voisines de 13 000 € pour cette dernière (10 000 € sur les insecticides de stockage et 3 000 € sur l'électricité). A mettre en parallèle de l'acquisition d'un groupe frigorifique, plus onéreuse. « Le temps de retour sur investissement peut être de l'ordre de cinq ans pour un site mais fortement réduit si le groupe froid est mobile et donc utilisé sur plusieurs sites », indique Jérémie Descours. Services Coop de France est d'ailleurs toujours en recherche d'une coopérative partenaire pour tester, dans le cadre du projet Osiris, un séchoir qui d'une part sèche le grain et d'autre part le refroidit.

RÈGLES D'OR Corriger trois erreurs classiques

- Vérifier que les ventilateurs tournent à l'endroit.

- Les déclencher au bon moment. Rationaliser l'installation avec des sondes et thermostats judicieusement placés à l'extérieur et à l'intérieur du silo.

- Placer une feuille de papier sur la grille de l'ouïe d'aspiration. Si elle reste collée, le ventilateur fonctionne dans une plage normale.

Le Point de vue de

MAUD MATHIE, gérante de TechniGrain (conseil technique et formation sur la conservation des grains)

« Le réchauffage de l'air peut monter à 10 °C »

« Il y a encore vraiment des efforts à faire dans le domaine de la ventilation, que ce soit sur le fonctionnement et le pilotage des ventilateurs ou le rapport entre le dimensionnement et la masse des grains à refroidir. Pour calculer une installation de ventilation, en général, il faut environ 1 000 m3 d'air pour refroidir 1 m3 de grains, avec en moyenne un débit de 15 m3 d'air/h/m3. Pour que la ventilation soit efficace, il faut un écart de 7 à 10 °C entre l'air de refroidissement et le grain. L'air de refroidissement prend en compte le « réchauffage » lié à la compression de l'air par le ventilateur. Ce dernier réchauffe ainsi l'air ambiant de 2 à 10 °C, selon la configuration de l'installation. Pour mesurer la valeur du réchauffage, il suffit d'allumer le ventilateur en condition de fonctionnement normal, de mesurer la température de l'air extérieur et celle en sortie de ventilateur. Ainsi, il faut en fait un écart de « 7 à 10 °C + le réchauffage » entre l'air ambiant et le grain pendant plusieurs dizaines d'heures. Mettre en oeuvre des solutions de silothermométrie est donc essentiel. Sachant que le grain se refroidit du bas vers le haut, une sonde de thermométrie placée en haut du tas informera utilement du moment où la ventilation peut être interrompue jusqu'au prochain palier. »

Cet article fait partie du dossier Assurer une bonne ventilation des grains

Consultez les autres articles du dossier :

Contactez-nous

Une question
ou une
remarque
sur le site,
sur nos
articles ou sur
votre abonnement ?

contactez agrodistribution
Les publications du Groupe France Agricole

Le Groupe France Agricole compte également une maison d'édition : les éditions France Agricole et une activité événements : GFA Events

Conformément aux dispositions de la loi n° 98-536 du 1er juillet 1998 portant transposition dans le code de la propriété intellectuelle de la directive 96/9 CE du 11 mars 1996 concernant la protection juridique des bases de données, Agrodistribution.fr est producteur et propriétaire de tout ou partie des bases de données composant le présent site.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin de nous permettre d’améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus et paramétrer les traceurs. OK