Imprimer Envoyer par mail Commenter

Dossier « Le business model doit changer »

réservé aux abonnés

-->
Stéphane Marcel, DG d’InVivo Digital Factory et Chief Digital Officer InVivo © InVivo

Cette entité, qui a fêté sa première année en septembre dernier, est là pour piloter et exécuter la transformation digitale au sein d’InVivo et de ses filiales, et des coopératives sociétaires. Par exemple, c’est elle qui porte le projet de lancement de la place de marché Aladin. La Digital Factory travaille sur trois axes clés. D’une part, la digitalisation au service de l’amélioration des...
Contenu réservé aux abonnés Agrodistribution
pour vous connecter et poursuivre la lecture
1%

Vous avez parcouru 1% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à Agrodistribution
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Profitez de notre progressive web app
  • > Recevez les 4 newsletters
  • > Recevez 1 numéros chez vous
J'en profite !
InVivo lance son génie numérique, Aladin
Renaud Fourreaux © Renaud Fourreaux

Thierry Blandinières (photo), DG d’InVivo, avait annoncé en décembre 2018 le lancement d’une « grande place de marché agricole », sur laquelle l’agriculteur pourrait trouver tout ce qui l’intéresse, sur le modèle d’Amazon ou du chinois Alibaba, précisant que le groupe investirait 50 M€ en trois ans sur le projet. Le 25 juin 2019, c’est avec une courte vidéo YouTube, relayée sur son compte Twitter, qu’il a dévoilé le nom de la plateforme : Aladin, « le génie de l’agriculture », développée avec neuf coops pilotes : Agora, EMC2, la Dauphinoise, NatUp, Noriap, Océalia, Unéal, Val de Gascogne et Maïsadour. Sur Radio Classique, Thierry Blandinières présentait fin juin la marketplace, dont l’objectif est de « mettre en ligne des biens et services, mais aussi des conseils pour promouvoir de nouvelles actions dans l’agriculture de demain ».

« C’est notre projet phare », appuie Stéphane Marcel, à la tête de la Digital Factory d’InVivo. Son lancement officiel est prévu en décembre. En pratique, une marketplace peut se comparer à un centre commercial en ligne. Elle offre des espaces dédiés aux vendeurs. Dans le cas d’Aladin, la plateforme est portée par InVivo et les offres sont proposées par les coops. L’offre de Ouifield, filiale d’InVivo proposant aux exploitants notamment des pneumatiques ou des panneaux photovoltaïques, devrait à terme se greffer à Aladin.

En attendant, les informations sur la place de marché sont maigres. « Le fonctionnement sera dévoilé lors de notre congrès, en décembre prochain », indique Stéphane Marcel. Pour atteindre ses ambitions digitales, InVivo s’est adjoint un allié de choix : Microsoft. « C’est notre partenaire technologique, explique le patron de la Digital Factory. Nous travaillons notamment sur le cloud Azure Microsoft. Nos projets comme Aladin sont hébergés dedans. » Lors du Salon de l’agriculture 2019, InVivo et Microsoft avaient officialisé leur partenariat sur l’intelligence alimentaire artificielle (IA2). L’autre grand projet numérique d’InVivo, c’est InGrains, lancé fin 2017. Il s’agit d’une plateforme export digitale dédiée au négoce de matières premières.

Imprimer Envoyer par mail Commenter