Imprimer Envoyer par mail

Dossier Numagri veut créer un langage commun

réservé aux abonnés

Maximin Charpentier, président de la chambre régionale d’agriculture Grand Est , et Maud Anjuere, directrice chaîne alimentaire durable chez Coop de France. © Cédric FAIMALI

Le projet Numagri, porté par la filière agricole, veut standardiser les données pour créer de nouveaux usages, et ainsi revaloriser les productions auprès des consommateurs en leur apportant une information fiable.

«Aujourd’hui, les données ne sont pas portables entre deux stations météo de marques différentes, car elles ne sont pas standardisées », illustre Sébastien Picardat. En un exemple, le directeur d’Api-Agro a résumé la problématique de beaucoup de données agricoles : elles ne sont ni interopérables, ni portables. Une situation qui va évoluer grâce au projet Numagri, lancé...
Contenu réservé aux abonnés Agrodistribution
pour vous connecter et poursuivre la lecture
1%

Vous avez parcouru 1% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à Agrodistribution
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Profitez de notre progressive web app
  • > Recevez les 4 newsletters
  • > Recevez 1 numéros chez vous
J'en profite !
Maximin Charpentier, président de la chambre d’agriculture du Grand Est, et Maud Anjuere, directrice chaîne alimentaire durable chez Coop de France. © Cédric FAIMALI
« La transformation numérique est indispensable »
SÉBASTIEN PICARDAT, directeur d’Api-Agro © Gilles Crampes
Quel est le rôle d’Api-Agro ?

D’un côté, on a des opérateurs qui possèdent des données, et de l’autre, des opérateurs qui veulent y avoir accès. Entre les deux, il faut assurer la partie technique, la mise en relation juridique, pour le consentement notamment, la mise en marché commerciale… C’est ce que permet Api-Agro.

Quelle est la maturité numérique de la distribution agricole ?

C’est très hétérogène, souvent lié à la vision du chef d’entreprise ou à la dynamique du comité de direction. À cinq ans, la réussite de la transformation numérique est indispensable, sinon le distributeur s’exclura lui-même du marché, des besoins de ses clients et fournisseurs.

Comment la transformation doit-elle être conduite ?

Elle commence par la révision des processus de l’entreprise : marketing et communication, exécution des contrats, livraisons et support client, conception et R&D, et au niveau des commerciaux. Ils doivent être revus, structurés, organisés, et implémentés dans le système d’information. Il est essentiel d’avoir l’adhésion au projet de tous les responsables métier, en plus du soutien du dirigeant.

Imprimer Envoyer par mail