La crise sanitaire du coronavirus a au moins un effet positif pour la planète : les émissions de gaz à effet de serre (GES), responsables du réchauffement climatique, sont au plus bas. Le confinement imposé face à la pandémie a fait chuter drastiquement les émissions quotidiennes de CO2, de l’ordre de − 58 % en Europe, et de − 55 % en France par rapport à la normale, selon une étude du cabinet...
Contenu réservé aux abonnés Agrodistribution
pour vous connecter et poursuivre la lecture
1%

Vous avez parcouru 1% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à Agrodistribution
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Profitez de notre progressive web app
  • > Recevez les 4 newsletters
  • > Recevez 1 numéros chez vous
J'en profite !
La multiplication des épisodes de sécheresse (ici en Haute-Saône) est l’une des conséquences du réchauffement climatique à laquelle les exploitations agricoles doivent désormais faire face. © Cédric FAIMALI