En partenariat avec Agromousquetaires, industriel détenteur de quatre boulangeries industrielles, la minoterie savoyarde Degrange, les coopératives (Groupe Dauphinoise et La Tricherie), Intermarché propose depuis début avril trois références de pain sous marque La Campanière issu de blé HVE. Et se dit par là « premier acteur de la grande distribution » à s’engager de la sorte. Yves Audo, président d’Agromousquetaires, en est persuadé : « À mi-chemin entre bio et conventionnel, c’est l’agriculture du futur ».

18 agriculteurs mobilisés, 50 prêts à franchir le cap

Pour la Dauphinoise, « c’est une évidence de s’être lancé dans cette démarche », appuie Jean-Yves Colomb, président du groupe, rappelant les bouleversements actuels dans les marchés mondiaux et dans les attentes sociétales. La coopérative a mobilisé, dès la récolte 2018, 18 agriculteurs producteurs de blé CRC pour un volume de 2 500 t. « Comme Agromousquetaires voulait aller vite, on a identifié un territoire et des agriculteurs qui étaient déjà prêts à convertir leur exploitation en HVE. »

Producteur de grandes cultures à Sainte-Anne-sur-Gervonde (Isère), Guillaume Simon, l’un des adhérents engagés dans cette démarche, est revenu sur les raisons de son engagement : « Mettre en avant le raisonnement des cultures que l’on faisait depuis longtemps sur notre exploitation, avoir une bonne image auprès du grand public, et aussi pour l’aspect financier. »

Un prix garanti sur trois ans à 200 €/t

En effet, pour accompagner les exploitations certifiées HVE (33 fermes aujourd’hui pour la filière blé Intermarché), Agromousquetaires a mis en place des contrats avec un prix d’achat du blé tendre à l’agriculteur de 200 €/t, garanti pendant trois ans. « On s’est mis d’accord sur une moyenne de coût de production à laquelle on a ajouté une marge », avance Olivier Dumont, directeur de la filière boulangerie-pâtisserie chez Agromousquetaires.

Une prime qui permet à l’agriculteur de réaliser des investissements dans le matériel, dans l’agriculture de précision, et de maîtriser de nouvelles pratiques, selon les quatre piliers de la HVE : ajustement de la nutrition, réduction de protection phytosanitaire, préservation de la biodiversité, gestion durable de l’irrigation.

Objectif 100 % HVE pour la Campanière d’ici 2025

« Nous avons déjà identifié une cinquantaine d’exploitations déjà prêtes à franchir le pas », souligne Philippe Lefebvre, directeur développement filières du groupe Dauphinoise, qui attend le signal d’Agromousquetaires. Il ne devrait pas tarder, puisqu’en un mois et demi, la baguette La Campanière CRC-HVE représente déjà 10 à 15 % des ventes de ce type de baguette alors qu’elle coûte 10 centimes d’euros de plus que la non-HVE.

Agromousquetaires prévoit déjà de doubler le nombre de ses références de boulangerie HVE d’ici la fin de l’année. Quant à l’enseigne, elle se fixe l’objectif de commercialiser « 50 % des pains de marque La Campanière sous le label HVE d’ici 2023, et 100 % d’ici 2025 », selon Aude Hennequin, en charge du marketing de cette filière chez Intermarché.

Renaud Fourreaux