Céréalier et éleveur de bovins viande en Charente-Maritime, le nouveau président de Duralim, Jean-François Arnauld, est bien connu des instances nationales puisque, outre son mandat au conseil d’administration de l’AGPM, il la représente également à France export céréales.

Impliqué depuis 2013, dès les premières discussions pour la création de Duralim (effective en 2016), le nouvel élu compte profiter de son mandat de trois ans pour conforter les actions déjà engagées, notamment l’engagement vers le zéro déforestation à échéance 2025, et élargir les actions jusqu’aux agriculteurs.

Réflexion sur la biodiversité

« Ils doivent savoir ce qui est fait pour eux. Je rêve que tous les éleveurs affichent Duralim, que tous les transformateurs soient impliqués, que les distributeurs l’exigent et que les consommateurs choisissent du Duralim », résume le président. Reconnue par les ministères de l’Agriculture et de la Transition écologique car elle alimente la stratégie nationale contre la déforestation importée, la plateforme commence à réfléchir à un modèle similaire pour la biodiversité.

Yanne Boloh