Pour le mois d’avril, Caroline Granel, coordinatrice du Centre de carrière de l’institut polytechnique UniLaSalle, observe « une baisse des offres d’emploi de l’ordre de 40 % pour la filière agricole et agroalimentaire ». Étant donné le contexte de la crise sanitaire Covid-19, nombre d’entreprises ont décalé leurs recrutements sur septembre, notamment les PME et TPE. « En revanche, les grands groupes agroalimentaires continuent à recruter », constate-t-elle.

Élargir son projet emploi, s’expatrier ou continuer ses études

Or, la nouvelle vague de diplômés qui arrive est invitée à anticiper au mieux sa recherche de poste, comme tous les ans. « Leur stage de fin d’études se termine entre juillet et septembre, suivi de la remise des mémoires et de leur soutenance jusqu’en décembre, et ensuite de la remise officielle du diplôme en janvier prochain. »

Aussi, dès cette semaine, des ateliers sont proposés à ces étudiants sur la façon de chercher un emploi en période de crise. « Nous les invitons ainsi à élargir leur projet à d’autres secteurs ou d’autres thématiques. Quant à s’expatrier pour travailler, nous les alertons à cibler les pays en suivant l’actualité. Ils ne pourront pas aller n’importe où ! Ou encore, ils peuvent continuer leurs études sur un master spécialisé », souligne Caroline Granel.

De même, pour les étudiants des autres années du parcours de formation d’ingénieur en recherche de stage, il est conseillé « d’élargir leur projet et leur recherche car tous n’ont pas encore trouvé à ce jour ».

Un module d’entraînement à la vidéo différée

En outre, afin de se préparer aux recrutements à distance, imposés par la crise sanitaire actuelle, UniLaSalle dispense à ses étudiants quelques conseils de présentation : tenue correcte, arrière-plan neutre, test de la connexion. « Mieux vaut décaler l’entretien si la communication subit des coupures ; ce qui va gêner le candidat va aussi gêner le recruteur. »

Ces entretiens à distance sont déjà courants dans certains groupes depuis quatre ou cinq ans, notamment au travers de vidéos en différé comme le permettent des sites comme Visiotalent ou Easyrecrue. Aussi, depuis deux ans, UniLaSalle propose un entraînement à la réalisation de ces vidéos et de visualiser sa prestation à partir d’un module mis à disposition par Isagri.

« De nouveaux besoins peuvent émerger »

Cependant, Caroline Granel est confiante pour le devenir des étudiants UniLaSalle en général, et notamment ceux engagés dans la filière alimentaire car « nous sommes sur une population de bac + 5 et dans un domaine d’activité qui recrute. En outre, de nouveaux besoins peuvent émerger, peut-être dans le domaine de l’hygiène et aussi de la prévention santé. D’ailleurs, UniLaSalle va y travailler pour les étudiants qui sont dans le cursus prévention santé. »

Cette école propose en effet quatre formations ingénieurs, dont deux autour de la filière alimentaire : agronomie et agro-industrie, alimentation et santé. Une troisième porte sur le génie de l’environnement (avec l’école EME à Rennes) et une quatrième sur les géosciences et l’environnement. Conjointement, toute une offre en formation continue ou en VAE est proposée aux entreprises et salariés dans le cadre de la montée en compétences.

Quid de l’AgoraJob ?

La prochaine rentrée apporte son lot d’incertitudes dans le contexte actuel. Les amphis pourront-ils accueillir des étudiants ? Et si oui, quid des étudiants étrangers ne pouvant pas se déplacer ? Aussi, l’école continue à travailler à la diffusion des programmes à distance. Et réfléchit, au cas où, à un plan B pour le forum entreprises AgoraJob prévu en octobre prochain et qui accueille habituellement plus de 80 entreprises.

Hélène Laurandel