Turbo Cereal, la « première néobanque agricole et citoyenne », emmenée par le négociant Marcel Turbaux, lance un « livret d’épargne de transition », construit autour de la blockchain, pour apporter des financements aux agriculteurs ayant des problèmes de trésorerie.

Turbo Cereal lancera sa première levée de fonds le 15 septembre. Elle souhaite collecter 8 M€, auprès d’investisseurs comme les distributeurs en premier lieu, et de citoyens souhaitant épargner et financer la transition écologique avec des investissements responsables.

L’investissement minimum est fixé à 5 000 €, et la valeur de l’action de 1 €, valant 1 Cereal, la cryptomonnaie créée par Turbo Cereal. Chaque investisseur obtiendra une « récompense » annuelle d’un minimum de 2 %, à laquelle s’ajoutent les dividendes fixés chaque année lors de l’assemblée générale.

300 à 400 agriculteurs déjà intéressés

Avec cette épargne et grâce à son agrément de négoce, Turbo Cereal avancera 70 % de la récolte aux agriculteurs ayant souscrit à ce livret, afin de leur permettre de financer leur campagne, et ce dès le semis. Cette rémunération se fera sous forme de Cereal. Le taux d’intérêt s’échelonnera entre 4 et 8 %, selon le degré d’implication de l’agriculteur vers une agriculture raisonnée et la transition énergétique. Ce degré est calculé en fonction des données transmises par l’agriculteur sur ses pratiques culturales.

Selon Marcel Turbaux, 300 à 400 agriculteurs auraient déjà l’intention de souscrire à ce livret en 2020 pour une avance sur leur récolte 2021. Turbo Cereal vise 5 000 agriculteurs en 2022 et 25 000 d’ici quatre à cinq ans. « Mais aujourd’hui, nous ne sommes pas prêts, nous devons récolter assez d’épargne », avertit-il.

Le paiement direct des fournisseurs

Avec ses Cereal, l’agriculteur peut acheter ses intrants, mais aussi vendre sa récolte, sur la marketplace de Turbo Cereal où seront référencés les distributeurs partenaires. « On apporte aux fournisseurs le paiement instantané des agriculteurs », se félicite Marcel Turbaux. Trois distributeurs auraient déjà fait part de leur intérêt pour la campagne 2021 et formulé des intentions d’apports d’un total de 50 M€.

Lucie Petit