Contenu réservé

Les amidonniers n’échappent pas à la crise énergétique

Lors de la conférence de presse d’Usipa, le 29 septembre à Paris, Mariane Flamary, déléguée générale de l’Usipa, et Claude Risac, président du syndicat, représentant Tereos. © M. SOULE
Lors de la conférence de presse d’Usipa, le 29 septembre à Paris, Mariane Flamary, déléguée générale de l’Usipa, et Claude Risac, président du syndicat, représentant Tereos. © M. SOULE

À l’occasion de sa conférence de presse, le 29 septembre à Paris, l’Usipa, syndicat représentant les entreprises d’amidonnerie (ADM, Cargill, Roquette et Tereos), a fait part de ses inquiétudes face à la crise énergétique et climatique inédite qui touche la profession.

Incertitudes sur la disponibilité de la matière première, coûts de l’énergie qui flambent, l’Usipa a présenté le 29 septembre, en amont de son assemblée générale, la situation inquiétante qui pèse sur l’amidonnerie française. Les coûts des matières premières ont plus que doublé en deux ans. « La matière première agricole, c’est notre premier coût de production, elle représente entre 50 à 70 % des coûts », explique Mariane Flamary, déléguée générale de l’Usipa.

La crainte de perdre les agriculteurs

517

Contenu réservé aux abonnés d'Agrodistribution

Si vous êtes abonné, cliquez ici pour vous connecter et poursuivre la lecture
15 %

Vous avez lu 15 % de l'article

Poursuivez la lecture de cet article

en profitant de 2 mois de découverte à Agrodistribution
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • Accédez à nos articles
  • Profitez du contenu de notre application
  • Recevez nos newsletters
  • Recevez chez vous 1 numéro de notre revue
Ce contenu est réservé aux abonnés d'agrodistribution
Je suis abonné
Je me connecte
Je ne suis pas abonné
Je découvre