C'est la première fois en France qu'un tribunal décide de l'indemnisation de salariés victimes d'hypersensibilité aux produits chimiques multiples (MCS) à la suite d'une intoxication aux pesticides. En effet, jeudi 22 septembre, le tribunal des affaires de sécurité sociale de Saint-Brieuc a condamné la MSA à verser 111 190 euros à Laurent Guillou et 101 750 euros à Stéphane Rouxel, ex-salariés de la société de nutrition animale Nutréa, filiale du groupe coopératif Triskalia. Ils avaient été intoxiqués en 2009 et 2010 lors de la réception de céréales traitées dans l'urgence par des insecticides de stockage, en surdosage et/ou interdits.Préalablement, la faute inexcusable de l'employeur avait été reconnue par le Tass en septembre 2014. De ce fait, Nutréa Nutrition animale est « condamnée à rembourser à la MSA l'intégralité des conséquences imputables à la reconnaissance de faute inexcusable », indique le compte-rendu du jugement.Une plainte au pénal est en coursPour les salariés, c'est une victoire mais pas totale. D'une part, ils avaient demandé une prise en charge des préjudices subis à hauteur de 360 000 euros chacun. Avec des « problèmes de santé qui s'empirent. J'ai des douleurs dans toute la moelle épinière dès la présence de pesticides dans l'air », explique Laurent Guillou qui ne supporte plus une molécule chimique.D'autre part, leur parcours du combattant n'est pas terminé avec une plainte au pénal contre X, relancée en juillet 2015 avec la constitution en partie civile. Et une procédure prud'homale pour licenciement abusif est également en cours. Laurent Guillou est surtout remonté après « la MSA qui n'a pas fait son travail. Elle a protégé l'employeur qui s'est mal comporté au lieu de protéger les salariés ». Pour sa part, son avocat François Lafforgue estime que cet organisme va devoir « s'exprimer sur son comportement d'obstruction vis-à-vis des salariés victimes des maladies liées aux pesticides ».Des salariés de Glomel également touchésUne situation que rencontre Noël Pouliquen, autre salarié de Triskalia qui exerçait sur la plate-forme d'appro de Glomel. L'avocat François Lafforgue a aussi pris en main son dossier et le tribunal a été saisi pour « contester le refus de prise en charge de sa maladie par la MSA ». Ce salarié est touché par un lymphome du foie. Son père Raymond, qui travaillait également à Glomel, est atteint d'une leucémie, mais n'a jamais réussi à obtenir la reconnaissance en maladie professionnelle, s'étant engagé seul dans cette quête.Triskalia prend acte du jugementDe son côté, le groupe Triskalia s'est exprimé auprès de nous en ces termes : « Dans l'affaire Nutréa, nous avons reconnu qu'une erreur humaine avait été commise à l'époque des faits, antérieure à la création de Triskalia. » Et concernant l'affaire de Glomel, il s'en remet à la MSA quant à la détermination « d'un lien avec une éventuelle exposition aux pesticides ». Et précise avoir « toujours respecté la réglementation. Les produits manipulés sont tous emballés et les salariés portent des équipements de protection individuelle ». Aujourd'hui, sans doute, mais « il y a cinq ans, ce n'était pas si vrai. Des photos le prouvent », affirme François Lafforgue.Les salariés des semences se manifestentEn attendant, les médias sont toujours plus nombreux à se saisir de ces affaires dont Reporterre, FR3, et Le Monde qui a publié une pleine page dans son édition print du samedi 24 septembre . La mobilisation continue autour du syndicat Solidaires qui accompagne les salariés et du « Collectif de soutien aux victimes des pesticides de l'Ouest » créé l'an dernier. Et elle ne devrait pas faillir avec les nouveaux dossiers qui se présentent : en effet, des salariés de firmes dans le secteur des semences se manifestent depuis quelque temps.

Hélène Laurandel
Contenu réservé aux abonnés Agrodistribution
pour vous connecter et poursuivre la lecture
13%

Vous avez parcouru 13% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à Agrodistribution
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Profitez de notre progressive web app
  • > Recevez les 4 newsletters
  • > Recevez 1 numéros chez vous
J'en profite !