Ce n’est pas une reprise, ni le développement d’une petite structure, mais bien une création d’entreprise. Denis et Dominique Deschamps, deux frères, ont construit ADN, Aux désirs de nature, un nouveau négoce implanté en région Centre, dont le bâtiment principal se situe à Bourges. Ce négoce agricole rayonne sur la Champagne berrichonne, la Nièvre, le Loiret, le Loir-et-Cher, de l’Indre-et-Loire et une partie de l’Eure-et-Loir.

Le commercial du tandem, 24 ans chez Axéréal

Bien connu dans la profession, Dominique Deschamps, le commercial du tandem, a passé 24 années au sein du groupe Axéréal, comme directeur commercial de la Champagne berrichonne, puis, la dernière année, comme directeur d’Agri-négoce, filiale acquise en 2016. « J’ai été licencié fin janvier 2022. J’ai encore du mal à me l’expliquer… Les grosses entreprises ne tiennent plus compte de la valeur humaine, alors que ce sont les hommes et les femmes qui sont la valeur la plus forte de l’entreprise. »

De son côté, Denis Deschamps est conférencier en géopolitique, et financier en France, en Asie et aux États-Unis, et publie quotidiennement un média de géopolitique.

Ouvert aux artisans et aux patrons de TPME-PME

Les frères Deschamps ont choisi de créer un négoce d’un nouveau genre : ouvert aux artisans et aux patrons de TPME-PME. « Les phytos vont bientôt être bannis en France, le marché va se rétrécir. Si nous voulons être toujours présents dans dix ans, notre modèle doit être différent. Pour pallier cette fuite de marge, nous développons les services. Certains nous diront, comment vendre des services ? Avec l’expérience et un réseau de partenaires qui ont la même philosophie que nous, nous allons créer un nouveau modèle de business », indique Dominique Deschamps.

L’entreprise repose sur trois piliers

Leur affaire repose sur trois piliers. D’abord, un pilier agricole baptisé « Accompagnement de la nature » pour l’appro (phytos, semence, engrais) et services d’aide à la décision (marché, engrais, réglementation). Un axe important est développé sur la nutrition des plantes. Le négoce accompagne aussi l’agriculture biologique et l’alimentation animale. « Nous subissons des pressions pour nous empêcher d’entrer dans certaines centrales d’achats ou des firmes. C’est classique… Malgré cela, nous avons réussi à nous approvisionner dans une large gamme de produits », ajoute le commercial, qui parie davantage sur l’expertise technique de ces technico-commerciaux. Les deux frères se sont entourés de Jean-Luc Galmiche, ancien d’Agri-négoce, pour les phytos et semences, et de Marc Guérif pour l’engrais et le biocontrôle. À quelques jours de la moisson, le négoce fera un peu de collecte, mais ça ne sera pas sa priorité.

Le deuxième pilier, baptisé « Artisans de la nature », est consacré aux liens entre les producteurs et les consommateurs, en particulier avec des produits locaux (bière, farine, huile, pâte, etc.). Pour Noël, ADN commercialisera une box de 6 à 8 produits locaux.

Enfin, le troisième pilier, « L’atelier des nouveautés », accompagnera les chefs d’entreprise dans l’innovation, via un cycle annuel de 10 conférences, qui débutera en septembre.

20 salariés en septembre

L’entreprise innove également dans son financement qui repose sur une multitude d’acteurs : des banques, mais également des agriculteurs, des particuliers, des salariés.

ADN commence fort. Depuis début juin, un premier dépôt est opérationnel à Nouans-les-Fontaines (Indre-et-Loire).

Après cinq mois de création, il a déjà embauché huit salariés et totalise 1 M€ de chiffre d’affaires. Alors que les recrutements qualifiés sont compliqués au sein de la profession, l’équipe devrait monter à 20 personnes en septembre, pour être 30 salariés à terme. L’objectif est d’atteindre 20 M€ de chiffre d’affaires en juin 2023, 40 M€ d’ici 3 à 5 ans.

Aude Richard