Une cinquantaine de sites de l’enseigne McDonald’s sont rouverts depuis une dizaine de jours, pour le moment uniquement en région parisienne. L’objectif pour le spécialiste du hamburger est de rendre à nouveau accessible à sa clientèle, au 11 mai, environ 1 000 restaurants, sur les 1 700 que compte la chaîne américaine. Sachant que le drive représente environ 50 % des achats.

Des effets vers la mi-juin

« C’est vraiment un message positif pour nous, se réjouit Julien Tisserand, responsable de l’activité élevage de la Cal, à Nancy. Nous allons pouvoir faire partir 30 à 40 % des volumes contractualisés entre Cloé et McDonald’s, via son fournisseur Moy Park et l’abatteur Bigard. En revanche, il y a actuellement beaucoup de stocks, et les effets de cette réouverture ne devraient se faire sentir que vers la mi-juin. Les animaux qui vont partir dans le circuit sont ceux déjà engagés dans le contrat pour 2020. Il y aura un décalage des abattages. »

Gros afflux de clientèle

Et un autre motif de satisfaction pour les responsables de Cloé et surtout les producteurs : les prix pratiqués par Moy Park sont ceux prévus dans le contrat initial. « L’ensemble des partenaires jouent le jeu, tout au long de la chaîne », souligne Julien Tisserand.

À noter que la réouverture des McDonald’s en région parisienne a généré un gros afflux de clientèle. Il en a été de même dans le pays voisin, au Luxembourg, le jeudi 16 avril, avec d’énormes bouchons de circulation, obligeant les forces de police à intervenir pour gérer les embouteillages.

Dominique Péronne