Ce sont Unigrains et Sofiprotéol, actionnaires minoritaires historiques d’Euralis semences, filiale du groupe Euralis, qui ont souscrit, à parité, 20 M€ pour renforcer les fonds propres de l’entreprise. Cette dernière mène, en effet, de front deux importants projets pour son développement.

Construire une usine en Russie

En Russie, au sud de Moscou, Euralis semences bâtit une usine d’une capacité de production de 10 000 t. « Cet investissement permettra de soutenir le développement commercial de l’entreprise, déjà bien implantée en Russie et de réaliser notre objectif de passer de 500 000 doses vendues dans le pays aujourd’hui à 1 million en 2025 », explique Philippe Saux, DG d’Euralis. L’usine produira ainsi 500 000 doses de tournesol, 400 000 de maïs et 100 000 de soja.

Digérer Caussade semences group

L’autre gros dossier en cours chez Euralis semences est sa fusion, prévue au deuxième trimestre 2020, avec le semencier multi-espèces Caussade semences group, dont il s’est rapproché en août 2019. En mars de la même année, Unigrains et Sofiprotéol avaient également investi en quasi-fonds propres dans Caussade semences group, dans le cadre d’une levée de fonds pour son développement en France et à l’international.

355 M€ de CA pour les semences d’Euralis

En 2018-2019, le pôle semence d’Euralis a réalisé 210 M€ de CA, en hausse de 8,4 %, dont 78 % réalisés à l’international. Caussade semences group, présent dans 35 pays, pèse pour sa part 145 M€ de CA, dont 60 % hors France.

Florence Jacquemoud