Avec un chiffre d’affaires de 72 M€ en hausse de 3 %, un résultat net de 1,1 M€ (contre 716 000 € en 2018-2019) et une capacité d’autofinancement au-dessus de la moyenne quinquennale, « la Scara dégage une certaine sérénité dans cette période de crise sanitaire, même si ça n’a pas été tous les jours un long fleuve tranquille », soulignait Estelle Thibaut, directrice générale depuis août 2020, lors de sa première assemblée générale le 19 janvier.

« Cette crise a également prouvé la pertinence du modèle coopératif dans un contexte difficile, ajoutait le président Alain Herbinet. La force collective qui était la nôtre avant la crise s’est exprimée à travers la solidarité entre adhérents, entre salariés, et entre adhérents et salariés. »

44 exploitations HVE

Malgré les contraintes, la Scara a poursuivi ses actions en faveur de l’environnement. « La France se veut pionnière de l’action en matière de biodiversité, rappelle Alain Herbinet. La Scara s’est pleinement inscrite dans cette dynamique à travers trois projets en cours : Systerre et le suivi d’indicateurs environnementaux tels que la performance nourricière et les émissions de GES, le développement d’un cadre de certification carbone, et enfin l’évaluation de bouquets de services écosystémiques en Champagne crayeuse avec l’Inrae et l’université de Lorraine. »

Cette année a aussi vu la montée en puissance des filières HVE (44 exploitations certifiées en 2020) et bio (investissements dans la collecte et la commercialisation, création de l’association Bio en Champagne crayeuse). La Scara a également obtenu le label Coopératives So Responsables.

Chantal Urvoy