Exercer dans le secteur agricole demande résilience et persévérance. Le groupe Capel en sait quelque chose après une période difficile qui l’a amené à une restructuration interne conséquente sur 2018-2019 afin de se recentrer sur ses activités de prédilection. La barre a commencé à être redressée en 2020 pour atteindre de très bons résultats en 2021 avec un EBE (excédent brut d’exploitation) de 9,5 M€, pour un chiffre d’affaires de 304 M€.

Hausse de 10 M€ des charges

Mais la conjoncture compliquée depuis plusieurs mois vient perturber de nouveau un équilibre à peine retrouvé. Cependant, « percevant déjà ces difficultés en 2021 entre l’inflation des prix de l’énergie et de ceux des céréales, nous avons joué la prudence sur 2022 », relate le directeur général de la coopérative, Pierre-Olivier Prévot, lors du point presse qui a suivi l’AG le 30 juin.

L’augmentation des charges sur 2022 est tout de même estimée à 10 M€, du fait notamment de la hausse des coûts de l’énergie et de l’aliment. En outre, face à l’inflation des coûts de production, les éleveurs réduisent leur activité en produisant moins d’agneaux, de vaches ou de veaux. « Avec des conséquences sur l’activité de la coopérative », précise Pierre-Olivier Prévot.

Quatre priorités en 2022

Aussi, le groupe Capel s’est fixé quatre priorités pour cette année : contenir les charges, la gestion du risque prix en agrofourniture, les filières qualité mises à mal et l’activité palmipèdes avec La Quercynoise. Ainsi en engrais et aliments, « Capel devra garantir un approvisionnement sans se retrouver avec des stocks qui deviendront invendables en cas de déflation brutale ».

Sur les filières viande de qualité, le DG et son président, Gérard Lavinal, expriment également leur inquiétude car « ces filières sont très perturbées avec des produits premium qui plafonnent en termes de prix et le risque que les éleveurs sortent de ces filières, hésitant à continuer d’engraisser leurs animaux vu le prix de l’aliment ». Et si certains éleveurs tiennent bon car ils sont attachés à leur filière, « il ne faudrait pas que l’inflation dure trop longtemps ».

Maintenir les produits de qualité

Le DG de Capel reconnaît que les solutions sont limitées, mais « nous allons nous mobiliser pour maintenir ces produits de qualité indispensables au territoire ». Aussi le groupe continue de travailler à l’optimisation des charges pour maximiser les marges des éleveurs. « Nous cherchons ainsi toute opportunité pour faire baisser le prix de l’aliment. Tout ce que nous pouvons récupérer de positif, nous le remettons dans le prix adhérent. »

Quant à la filière palmipèdes, elle accuse une baisse de la production de 30 %, conséquence de l’influenza aviaire dans le département du groupe (Lot) et aussi en Vendée, où Capel se fournit en canetons qui ne sont plus disponibles à ce jour. De ce fait, les débouchés sont priorisés pour favoriser ceux à forte valeur ajoutée.

Un travail d’orfèvre

« C’est un travail d’orfèvre pour ne pas nous couper de nos clients historiques et de tous nos débouchés », confie Pierre-Olivier Prévot. Une des trois boutiques grand public est d’ailleurs fermée temporairement faute de marchandises. En outre, la mise en sommeil des élevages coûte 1 M€ à la coopérative qui la prend en charge.

Toutefois, des réouvertures sont programmées et des réunions en juin ont permis d’expliquer aux éleveurs les niveaux de volume à produire. D’autant que l’outil de transformation de Gramat de La Quercynoise (union Capel et Unicor) va être rénové en partie afin d’améliorer les conditions de travail, et ainsi l’attractivité de cette filiale en termes de recrutement, et permettre de pousser le process plus loin pour aller chercher de la valeur ajoutée.

Hélène Laurandel
Contenu réservé aux abonnés Agrodistribution
pour vous connecter et poursuivre la lecture
13%

Vous avez parcouru 13% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à Agrodistribution
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Profitez de notre progressive web app
  • > Recevez les 4 newsletters
  • > Recevez 1 numéros chez vous
J'en profite !