« Les salariés attendent leur lettre de licenciement. Les magasins ont fermé vendredi, mais il reste à faire les inventaires, par exemple », explique une source au fait du dossier. Le négoce a connu des difficultés financières ces dernières années. Elles ont conduit le tribunal de commerce d’Orléans, le 20 juillet 2021, à prononcer l’ouverture d’une procédure de redressement judiciaire. En 2019, l’entreprise fêtait ses 40 ans. En 2017, avec un chiffre d’affaires d’environ 50 M€, Phyto Service comptait 18 magasins et 80 salariés.

Aucun accord pour une reprise globale

Le redressement s’est transformé le 27 juin 2022 en liquidation judiciaire, avec poursuite d’activité jusqu’au 16 septembre. Aucun accord avec un repreneur au global n’a été trouvé. Phyto Service compte actuellement quinze magasins et 51 salariés.

« À ce jour, nous avons l’espoir de céder deux fonds de commerce, situés dans l’est de la France, et donc de sauver quatre emplois. Les acheteurs ont fait des offres et la signature devrait intervenir dans les prochaines semaines, a expliqué Hubert Lavallart, l’un des deux mandataires judiciaires, au journal Centre Presse le 19 septembre. Quant aux autres magasins, ils vont fermer. Nous n’avons pas trouvé de solution de reprise pour le reste du périmètre. »

Sauvegarde de l’emploi : mise en relation par le Naca

Quant aux salariés, « les mesures du plan de sauvegarde de l’emploi sont en cours d’examen par le CSE », nous a indiqué Hubert Lavallart, le 20 septembre. À l’heure actuelle, « la majorité des technico-commerciaux ont retrouvé du boulot », informe pour sa part notre source. Au vu des difficultés à recruter, des distributeurs locaux les ont contactés.

Le Naca, confronté aux mêmes difficultés, est aussi sur les rangs. « Nous allons faire la mise en relation, explique Simon Aimar, à la tête du réseau de négociants. Le secteur géographique de Phyto Service est important, un certain nombre de négociants peuvent être concernés. » Contactée par Agrodistribution, Laurence Gosseaume, présidente de Phyto Service, n’a pas souhaité s’exprimer sur le sujet pour le moment.

Marion Coisne
Contenu réservé aux abonnés Agrodistribution
pour vous connecter et poursuivre la lecture
24%

Vous avez parcouru 24% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à Agrodistribution
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Profitez de notre progressive web app
  • > Recevez les 4 newsletters
  • > Recevez 1 numéros chez vous
J'en profite !