« L’idée d’Eau 17, c’était de mettre en place une filière avec tous les maillons », explique Thomas Perrier, coordinateur filières et transition agroécologique chez Océalia. Eau 17, établissement public organisant le service de l’eau et l’assainissement, est le porteur du programme Re-Sources Arnoult-Lucérat, qui vise à améliorer la qualité de l’eau sur ce bassin, allant de Saintes à Rochefort. L’objectif étant de lutter contre les pollutions d’origine agricole que sont nitrates et pesticides.

Les discussions ont débuté en 2018, et le lancement d’une filière soja produit sans S-métolachlore (molécule herbicide) a été validé en 2021. Outre la préservation de la ressource en eau, l’objectif est de relocaliser et sécuriser les approvisionnements pour les éleveurs, avec une culture favorisant l’autonomie protéique. Le soja est destiné à des pondeuses Loué, pour des œufs vendus sous marque distributeur chez Système U.

Objectif 230 à 240 t/an

Après une année d’expérimentation, 100 ha ont été semés en 2022, chez une quinzaine d’agriculteurs, avec pour objectif de produire 230 à 240 t/an, des volumes chiffrés selon les besoins de Système U. « Le soja avait été identifié comme une culture intéressante car elle nécessite peu de fertilisation. Outre l’impact positif sur les pollutions aux nitrates, c’est un atout pour les producteurs dans le contexte actuel, avec un prix des engrais qui flambe », relate Thomas Perrier.

La moitié des surfaces plantées sont chez des adhérents Océalia. Le cahier des charges encourage aussi les agriculteurs à désherber mécaniquement, avec des financements du programme Re-Sources pour des prestations de désherbage mécanique. Une aide pour l’achat des semences est aussi prévue.

2,5 fois le prix du maïs minimum

Les OS impliqués que sont Océalia, le groupe Isidore, les coopératives de Beurlay et de Saint-Agnant, et le réseau de négoces Naca, s’occupent de l’accompagnement technique, de la collecte et du séchage. Le toastage est réalisé par Pasquier Vgt’al, et les volumes vont nourrir les volailles d’éleveurs des Fermiers de Loué. Dernier maillon, la distribution des œufs est assurée par Système U et Coop atlantique (magasins Hyper U, Système U...).

Côté rémunération, le prix appliqué sera celui du soja français, avec une prime proposée par Loué et Pasquier Vgt’al. « Le montant respectera un ratio de 2,5 minimum par rapport au prix du maïs au moment de la récolte », acte la lettre d’engagement signée par les acteurs. « C’est un moyen concret de transition écologique des exploitations », ajoute Thomas Perrier.

Marion Coisne
Contenu réservé aux abonnés Agrodistribution
pour vous connecter et poursuivre la lecture
19%

Vous avez parcouru 19% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à Agrodistribution
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Profitez de notre progressive web app
  • > Recevez les 4 newsletters
  • > Recevez 1 numéros chez vous
J'en profite !