On connaissait déjà l’E10, l’éthanol présent à hauteur de 10 % dans l’essence, et l’E85, disponible à la pompe, composé de 85 % d’éthanol. Tereos commercialise désormais auprès des professionnels du transport l’ED95, composé à 95 % d’éthanol de betteraves sucrières et à 5 % d’un cocktail d’additifs.

« L’ED95 est utilisé depuis plus de vingt ans en Suède par des poids lourds et des bus, précise Valérie Corre, directrice des affaires réglementaires alcool et éthanol chez Tereos. C’est ce qui nous a poussés à nous y intéresser. » Le groupe sucrier a réalisé les premiers essais avec Scania en 2015. « Dans la foulée et en partenariat avec la mairie de Paris, nous avions véhiculé, lors de la Cop21, les chefs d’État des différents pays présents dans un bus roulant à l’ED95 », indique-t-elle.

Cinq premiers camions ED95

Le transporteur Houtch de Saint-Quentin (Aisne) s’est équipé d’un premier camion Scania roulant à l’ED95 en 2016, et c’est ainsi que ce carburant de nouvelle génération a fait son arrivée sur le marché français. Tereos a acquis à son tour un camion-citerne de 44 tonnes destiné à transporter 37 000 litres d’alcool, et recruté il y a un an un commercial ED95, Alexandre Ethève. « Aujourd’hui, dans les Hauts-de-France, cinq poids lourds qui roulent à l’ED95 sont en circulation et nous avons de belles perspectives pour 2023 », souligne le responsable commercial.

L’équipe de Tereos a profité de la tenue à Saint-Quentin, près de son usine d’Origny-Sainte-Benoite, des Eco Mobility Days, dédiés aux énergies alternatives, pour se déplacer afin de présenter son nouveau biocarburant de betteraves sucrières, l’ED95, aux professionnels des transports et au grand public.

Éligible à la vignette Crit’Air 1

« Selon une étude de l’Ademe de 2018, l’ED95 permet de réduire de 88 % les émissions de carbone par rapport au diesel sur l’ensemble du cycle de vie du produit, à partir du semis de la betterave, poursuit Valérie Corre. De même, l’ED95 émet plus de moitié moins de NOx que le diesel. » Pour des camions qui effectuent la majorité de leurs déplacements en zone urbaine, l’ED95 a aussi l’avantage d’être le seul biocarburant liquide éligible à la vignette Crit’Air 1 qui permet l’accès aux centres-villes.

Si l’entreprise de transport est obligée de s’équiper d’une cuve pour stocker le biocarburant, les camions bénéficient d’une bonne autonomie. « Avec un réservoir de 1 200 l, je peux rouler 2 500 km et faire un aller-retour sans problème Origny-Nice, remarque Mathieu Santin, chauffeur chez Tereos. Mon camion de 410 CV consomme 43 à 45 litres aux 100 km lorsque les équivalents diesel sont à 32-35 l/100 km. »

Mais l’ED95 revient aussi moins cher que le diesel, seulement 0,85 €/l et les véhicules bénéficient à l’achat d’un avantage fiscal. Et Valérie Corre d’ajouter : « La production d’ED95 est une filière durable qui contribue à la réduction de la dépendance énergétique de la France, valorise les productions locales des coopérateurs Tereos, favorise la création d’emplois non délocalisables, et réduit les gaz à effet de serre et la pollution. »

Blandine Cailliez