« L’objectif d’Euralis semences est de sécuriser sa croissance en Russie et de se protéger des éventuels changements géopolitiques, notamment dans le cas où le gouvernement voudrait renforcer sa production locale de semences, au détriment des importations, explique Jean-Pierre Dufourcq, directeur business unit development d’Euralis semences. Par ailleurs, vu les volumes de croissance du pays, notre capacité de production française n’est pas suffisante pour satisfaire la demande. »

Un complexe construit sur 100 ha

Euralis semences va ainsi construire, sur un terrain de 100 ha près de Voronej, à 470 km au sud de Moscou, un complexe dédié aux semences. Il sera constitué d’une usine d’une capacité de production de 10 000 t, de bureaux, de champs pour la recherche variétale et d’une ferme d’expérimentation qui servira de vitrine à destination des agriculteurs. Sur les 10 000 t de semences qui seront produites à l’horizon 2025, la moitié sera du tournesol (500 000 doses) et le reste se partagera entre le maïs pour 80 %, et le soja pour 20 %.

Jusqu’à 6 000 ha de production en 2025

« Il faudra environ 2 500 ha de production pour approvisionner l’usine en 2021, puis 5 000 à 6 000 ha, à horizon 2025, précise Jean-Pierre Dufourcq. Nous allons nouer des partenariats avec des agro-holdings locales pour la production en amont. Les semences de tournesol ne pouvant revenir qu’une fois tous les six ans sur la même parcelle, il faut prévoir une surface suffisante. »

Le site idéal

Choisi par l’équipe agronomique de la direction des opérations d’Euralis semences, le site de Voronej, situé à la même latitude que l’usine possédée par le groupe en Ukraine, a l’avantage de présenter des caractéristiques agroclimatiques très favorables aux cultures de semences. Il est aussi situé à proximité d’une autoroute en construction qui desservira d’autres régions de Russie. Par ailleurs, le complexe prévoyant de faire travailler une centaine de personnes, la ville constituera un bassin d’emploi intéressant en main-d’œuvre. Enfin, la région étant en plein développement, le gouvernement local apporte son support pour attirer les entreprises.

100 % en 2021

Les travaux, qui débuteront en avril 2020, se feront en deux tranches. L’usine pourra ensacher les premiers volumes provenant d’autres régions dès fin 2020, le fonctionnement complet de la chaîne de production étant prévu pour 2021.

Florence Jacquemoud