Le gisement des emballages vides de produits de nutrition animale est estimé à plus de 13 000 t par an, répartis en 9 types : big bags, sacs en papier, en plastique ou multimatériaux, seaux, bidons, fûts, IBC. La directive 94/62/CE et sa transposition française (loi relative à la lutte contre le gaspillage et à l’économie circulaire) imposent que tout metteur en marché soit engagé au plus tard au 1er janvier 2025.

Une filière opérationnelle dès 2023

Lancé en septembre 2020 par les trois syndicats nationaux, Afca-Cial, La Coopération agricole Nutrition animale, Snia, avec Adivalor (éco-organisme en charge de la collecte et de la valorisation des déchets d’agrofourniture), la filière de collecte et de recyclage qui devrait être pleinement opérationnelle dès 2023 compte déjà 70 metteurs en marché sur les quelque 200 identifiés en France.

Le 5 juillet, les trois organisations ont rédigé un communiqué commun pour inciter les fabricants et distributeurs de produits de nutrition animale à les rejoindre en confirmant leur intention d’engagement.

3 à 4 M€ d’écocontribution possibles

Comme toute filière de collecte et de recyclage d’emballages, cette nouvelle filière se base sur l’écocontribution intégrée dans le prix de vente et reversée à Adivalor. Les agriculteurs apportent leurs déchets d’emballage chez les opérateurs de collecte qui les réceptionnent et les entreposent. Adivalor organise ensuite les opérations d’enlèvement et de traitement des emballages. Le projet pourrait atteindre entre 3 et 4 millions d’euros d’écocontribution.

Yanne Boloh
Contenu réservé aux abonnés Agrodistribution
pour vous connecter et poursuivre la lecture
32%

Vous avez parcouru 32% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à Agrodistribution
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Profitez de notre progressive web app
  • > Recevez les 4 newsletters
  • > Recevez 1 numéros chez vous
J'en profite !