« À côté des traditionnels essais variétés qui mobilisent toujours beaucoup les agriculteurs, ou fongicides, nous avons choisi cette année de conduire des expérimentations sous l’angle préservation du sol, changement de pratiques, séquestration du carbone et diversification des activités de l’exploitation », explique Hélène Merlin, responsable du service agronomique d’Unéal, le 14 juin, lors du Techniday 2022.

Perturber les insectes

Unéal a mis en place des essais de féverole comme plante compagne dans les pommes de terre pour favoriser la présence d’auxiliaires. © B. CAILLIEZ

Elle évoque notamment des innovations comme la féverole en plante compagne des pommes de terre. « La féverole attire les pucerons plus tôt que les pommes de terre, indique Solène Garson, spécialiste pommes de terre à la coopérative. Comme des pucerons sont arrivés, les auxiliaires arrivent dans la parcelle et se développent. Lorsque les pucerons des pommes de terre apparaissent à leur tour, les auxiliaires déjà présents sont prêts à les maîtriser. »

La coopérative conduit également des essais de paillage avec du miscanthus dans les pommes de terre et les betteraves, là encore pour éloigner les insectes, et propose des lâchers de trichogrammes par drone sur maïs.

Désherbage, des itinéraires mixtes

« Côté désherbage, nous essayons de faire le trait d’union entre agricultures biologique et conventionnelle, souligne Cyrielle Deswarte, référente agriculture biologique et méthodes alternatives chez Unéal. En plus du robot Farmdroïd que nous avons lancé tout récemment, sur betteraves, chicorées et oignons, en bio et conventionnel, nous proposons aux agriculteurs conventionnels des itinéraires mixtes qui associent désherbage mécanique s’il fait sec, et herbicides racinaires si le sol est humide. »

Depuis deux ans, les printemps ont été secs et le service agronomique a obtenu de bons résultats avec le binage, la herse étrille, la roto-étrille et la houe rotative. « Nous présentons aussi cette année, un matériel de Grimme qui désherbe les parcelles de pommes de terre en remodelant les buttes. » La coopérative teste également une machine Klünder avec des petites roues équipées de pneus pour appréhender au-dessus de la culture les chénopodes, par exemple dans les betteraves, dans les parcelles où le désherbage n’a pas été réussi.

De la préservation du sol au chanvre biomasse

« Nous mettons enfin l’accent sur la préservation du sol, à la demande des agriculteurs mais aussi avec des industriels comme Nestlé en blé, ou sur un programme de recherche-développement en pommes de terre avec McCain, ajoute Pierre Lacheré, du service agronomique. En gros, plus on diminue le travail du sol et plus on dispose de couverts performants, plus on stockera de carbone et plus on limitera le réchauffement climatique. » Parmi les innovations sur ce thème, la mise en place de culture de chanvre biomasse dans les ZNT, zones de non-traitement, à proximité des habitations.

Blandine Cailliez
Contenu réservé aux abonnés Agrodistribution
pour vous connecter et poursuivre la lecture
17%

Vous avez parcouru 17% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à Agrodistribution
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Profitez de notre progressive web app
  • > Recevez les 4 newsletters
  • > Recevez 1 numéros chez vous
J'en profite !