Une gigatonne de CO2, c’est l’équivalent de deux ans d’émissions de CO2 d’un pays comme le Brésil… C’est aussi la quantité de CO2 qu’UPL souhaite éviter de rejeter dans l’atmosphère d’ici à 2040, en aidant les agriculteurs du monde entier à opter pour des méthodes d’agriculture durable. Le fournisseur de solutions de protection des plantes vient, pour cela, de lancer son « Gigaton Carbon Goal », avec l’appui de la Fondation Fifa, émanation à portée sociale de la Fédération internationale de football.

« Travailler avec des organismes fiables et reconnus »

Après une phase pilote lancée en 2021 au Brésil, puis en Argentine et en Inde, les deux partenaires ont annoncé officiellement le lancement de ce vaste projet à l’échelle européenne, mercredi 6 juillet à Paris. Progressivement, cette opération va être déployée sur l’ensemble de la planète.

UPL n’a pas choisi par hasard de s’associer au monde du football dans ce projet. « S’il y a une chose que nous pouvons apprendre du football, c’est le pouvoir de l’esprit d’équipe pour inspirer des changements majeurs et atteindre des objectifs extraordinaires », a souligné Jai Shroff, président du groupe UPL.

« Pour atteindre cet objectif ambitieux, UPL travaillera avec des organismes de certification carbone fiables et reconnus permettant aux agriculteurs et aux filières agricoles de créer, mettre en œuvre et valider des protocoles d’émission et de capture du carbone », développe-t-il. Des universités, institutions environnementales et ONG seront également associées au projet. « Elles s’assureront que les efforts des agriculteurs sont guidés par des protocoles scientifiques », poursuit le président d’UPL.

Créer un nouveau marché du carbone

L’objectif d’UPL et de la Fondation Fifa est aussi de créer un nouveau marché du carbone pour l’agriculture, et de faire en sorte que les agriculteurs bénéficieront directement des crédits carbone dégagés dans le cadre du projet. « Cette initiative a le potentiel de générer 15 milliards de dollars de revenus supplémentaires pour les écosystèmes agricoles du monde entier », chiffre Jai Shroff.

Dans sa première phase, le projet concernera un million d’hectares. L’ambition d’UPL est de passer à un déploiement sur plus de 100 millions d’hectares dans le monde. « Alors que nous cherchons à faire face au changement climatique par la décarbonisation et la limitation des émissions de gaz à effet de serre, nous pensons qu’il n’y a pas de force plus grande que l’agriculture », a ajouté de son côté Mauricio Macri, président de la Fondation Fifa.

Blandine Cailliez
Contenu réservé aux abonnés Agrodistribution
pour vous connecter et poursuivre la lecture
20%

Vous avez parcouru 20% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à Agrodistribution
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Profitez de notre progressive web app
  • > Recevez les 4 newsletters
  • > Recevez 1 numéros chez vous
J'en profite !