« Nous avons eu l'idée de nous intéresser au jeune public de la région, lorsque les JA sont venus nous présen­ter leur projet d'implanter leur salon annuel Terres de Jim, à Margny-lès-Compiègne, au coeur de notre territoire, explique Thierry Dupont, président de la coopérative céréalière de l'Oise, Agora. Le directeur de la coopérative, Jean-Xavier Mullie avait déjà participé à une opération destinée à sensibiliser au monde de l'entreprise les jeunes de la région, « L'entreprise, c'est pas sorcier ». Nous avons tout simplement contacté l'agence « A nous la Lune » qui a mis sur pied cette opération qui a très bien fonctionné. » C'est ainsi que l'Agora des collèges a vu le jour.Reprendre la main et reconquérir le grand public« Notre objectif à travers cette opération, est surtout de faire connaître nos métiers d'agriculteurs et de collec­teurs de céréales, de parler positivement de nos activités auprès des jeunes générations, de créer du lien entre deux mondes qui ne se connaissent plus vraiment, ajoute le président de la coopérative. En agriculture, on a trop longtemps laissé la place à nos détracteurs. Depuis le début de l'année, on a comptabilisé 73 émissions de télévision à charge contre l'agriculture. Il faut reprendre la main et reconquérir le grand public. Au sein d'Agora, ce projet mobilise à la fois les salariés et les adhérents, et constitue en ce sens, un vrai projet d'entreprise. »Un binôme pour parrainer une classe de collégiensConcrètement, l'opération a été lancée le 8 septembre, avec l'ouverture des Terres de Jim. « Elle a consisté à proposer à un binôme agriculteur-technicien d'Agora, de parrainer une classe de collégiens, de préférence de 4e, précise Corinne Dallongeville, responsable communication à la coopérative et coordinatrice du projet. Une quinzaine de collèges ont répondu présent. En plus de la visite des Terres de Jim avec leur binôme Agora et de la participation des élèves à des miniconférences sur le stand de la coopérative, tout au long de l'année, des échanges sont prévus sur le terrain et en classe. Les élèves pourront par exemple visiter un silo à grains, une plateforme technique, et l'exploitation de l'agriculteur parrain. Ils pourront ainsi aborder des sujets comme l'agriculture, ça sert à quoi, l'agriculture et l'environnement, ou l'agriculture connectée. En juin 2018, un grand moment en après-midi ou en soirée, qui réunira tous les acteurs du projet, clôturera l'année d'échanges. »

Blandine Cailliez