Imprimer Envoyer par mail

Dossier La mutualisation au menu

réservé aux abonnés

La mutualisation au menu
Alliance BFC

2021 aura été une année de consolidation des stratégies mises en places par les coopératives, entre mutualisation des moyens et structuration de filières.

En 2021, l’Alliance BFC, qui réunit les trois coopératives Dijon céréales, Bourgogne du Sud et Terre Comtoise, a pris une nouvelle dimension par le renforcement de sa stratégie commune, en y intégrant notamment un socle RSE et en accélérant la mutualisation de ses moyens. Au 1er janvier 2022, les équipes R & D des trois coops, représentant une vingtaine de personnes, seront ainsi réunies au sein d’une structure nouvelle. En ligne de mire notamment, la valorisation de la data et la création d’un data hub commun, grâce à trois data-scientists, ou encore le développement de nouvelles filières.

Une marque commune

Autre gros chantier amorcé par l’Alliance BFC, la création d’une marque commune, « Nous autrement ». « Cette marque, qui répond à une charte alliance, valorisera les produits issus de nos coopératives, de nos filiales, mais également de nos adhérents », affirme Bertrand Combemorel, DGA de Bourgogne du Sud. « L’idée est que cette marque ombrelle ruisselle sur toutes nos activités et nos produits, ainsi que ceux de nos adhérents, qui sont produits, transformés et consommés en région Bourgogne-Franche-Comté », ajoute Christophe Richardot, DG de Dijon céréales et de l’Alliance BFC. Productions végétales et animales, produits d’alimentation et de terroir, énergies vertes, ou encore produits de jardinage et dédiés aux espaces verts seront concernés. Cette marque, construite autour des piliers RSE, permettra une juste rémunération des agriculteurs. Des partenariats avec les démarches régionales déjà existantes sont également envisagés. Elle sera lancée dès cette fin d’année sur une première sélection de produits commercialisés dans les Gamm vert ou encore dans les boulangeries du côté de Dijon céréales.

De son côté, la coopérative de l’Yonne 110 Bourgogne poursuit le développement de son Projet Filière qualité 2022 lancé à la fin de l’année 2020. Ce plan prévoit un renforcement du développement des contrats de filière, en particulier en blé avec CRC ou encore Barilla. Dès la récolte 2021, 45 % des blés de la coop ont ainsi été en filière qualité tracée. « À moyen terme, les contrats de filières qualité permettront un retour de valeur ajoutée aux agriculteurs de 1 à 1,3 M€ », se réjouit Jean-Marc Krebs, DG de 110 Bourgogne. Des travaux ont été lancés en février 2021 dans 15 silos afin d’atteindre 100 000 t de capacité de stockage destinée aux productions sous contrats de filières à la récolte 2021. Cet investissement, d’un montant de 3,8 M€, est subventionné à hauteur de 1,5 M€ par le plan France Relance. Le 13 avril dernier, le ministère de l’Agriculture et de l’alimentation a en effet désigné la coopérative parmi les huit premiers lauréats de l’appel à projets pour la structuration des filières agricoles et agroalimentaires.

Contenu réservé aux abonnés Agrodistribution
pour vous connecter et poursuivre la lecture
1%

Vous avez parcouru 1% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à Agrodistribution
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Profitez de notre progressive web app
  • > Recevez les 4 newsletters
  • > Recevez 1 numéros chez vous
J'en profite !
Lors d’une convention qui s’est tenue le 1er octobre 2021 à Besançon, les coopératives de l’Alliance BFC ont planché sur trois dossiers stratégiques : la mutualisation de la R&D, la RSE et la marque « Nous autrement »., Alliance BFC © Alliance BFC
Ynovae en négociations exclusives avec Ruzé

Le 14 décembre, la coopérative de l’Yonne Ynovae a annoncé être entrée en négociations exclusives pour le rachat des Ets Ruzé. « Si tout va bien, cette acquisition à 100 % devrait avoir lieu au 31 mars 2022 », confirmait alors Jean-Luc Billard, DG d’Ynovae. Situé à Migennes (Yonne), ce négoce est dirigé par Sophie Ruzé et sa fille, adjointe de direction, Julie Chabrol. « Cela se fait dans la bonne entente avec Madame Ruzé qui souhaite que cette acquisition s’inscrive dans la continuité et que la structure conserve son esprit familial », affirme Jean-Luc Billard. Les Ets Ruzé seront ainsi intégrés comme filiale négoce. « Cette acquisition amène une complémentarité territoriale, elle nous permettra d’optimiser nos postes de charges et de coûts de fonctionnement », ajoute le DG. Elle permettra également à Ynovae d’augmenter son volume de collecte pour répondre aux demandes croissantes de ses partenaires meuniers.

Imprimer Envoyer par mail