Pas de mouvements importants sur le dernier exercice en Bretagne, hormis une collecte compliquée, comme ailleurs, un séchage tendu en raison des difficultés de livraison de gaz et une abondante récolte de maïs grain liée au report de maïs ensilage, à la suite d’une très bonne saison fourragère en herbe.

Une fois sorti de cet épisode, un des sujets qui mobilise notamment le négoce est la réalisation de fiches CEPP avec le lancement d’un incubateur régional de l’Ouest. « Le désherbage du maïs est le thème du moment. C’est un vrai problème car des molécules sont trop souvent retrouvées dans l’eau, explique Vincent Bernard, délégué régional Négoce Ouest. Toutefois, les agriculteurs sont plus réceptifs aujourd’hui au désherbage mécanique. » Sur le terrain, l’accompagnement des producteurs est d’ailleurs renforcé. Ainsi, lors de sa journée innovation de juin dernier qui a accueilli 400 agriculteurs et des écoles (photo), le négoce GN Solutions a pu partager sa nouvelle dynamique. « Nous avons poussé la formation des TC sur les OAD qu’ils s’approprient mieux. Et nous avons mis en place un diagnostic cultural et doublé notre équipe agroenvironnementale », explique Frédéric Gaudin, dirigeant de GN Solutions. Et pour « upgrader » la relation avec l’agriculteur, il projette d’aller vers « un contrat d’engagement avec le producteur pour délivrer un résultat chiffré accompagné d’indicateurs ». La coopérative Garun-Paysanne développe aussi son expertise en renforçant son service agronomie. Et le groupe Eureden déploie ses démarches « Cultivons autrement » et « Élevés avec passion ». 180 producteurs sont ainsi engagés dans des groupes de progrès culture autour des pratiques agroécologiques, et 7 % des surfaces sont cultivées avec des solutions alternatives, dont 900 ha désherbés mécaniquement. Tout cet élan breton est appelé à s’intensifier. Ainsi, le négoce Douar Appro organise, mi-juin 2022, une grande plateforme d’essais avec huit ateliers et un village des partenaires dans le cadre du réseau Impaact en Bretagne. Professionnels et écoles y sont conviés.

Les entreprises renforcent aussi leurs outils de production et leurs filières. Douar Appro investit sur un de ses points de collecte, GN Solutions s’est doté d’un nouveau stockage de pommes de terre pour les chips d’Alto, consolide ses débouchés avec la filière « Merci les algues » et va produire des légumes verts pour un industriel. Chez Garun-Paysanne, l’extension des capacités de production des usines d’aliments est prévue, ainsi que des investissements sur les sites repris dans le cadre de la constitution du groupe Eureden. Ce dernier compte aussi investir pour pérenniser ses outils, à hauteur de 75 M€ sur l’exercice actuel, et également pour faire de la croissance externe, afin d’atteindre les 5 Mds€ de CA prévus pour 2027. Le plan France Relance a permis aussi de financer des projets en cours. « On a monté quelques projets autour de la rénovation de silos sans usage d’insecticides », précise Yoann Méry, de La Coopération agricole Ouest qui, pour assurer les gouvernances, relance une formation des administrateurs.

Contenu réservé aux abonnés Agrodistribution
pour vous connecter et poursuivre la lecture
1%

Vous avez parcouru 1% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à Agrodistribution
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Profitez de notre progressive web app
  • > Recevez les 4 newsletters
  • > Recevez 1 numéros chez vous
J'en profite !
En juin dernier, 130 enfants de primaire ont parcouru la plateforme de GN Solutions qui, par cette initiative, souhaite consolider les liens avec son territoire.,