Chez Unéal, la 28e unité de microméthanisation installée chez un agriculteur a été inaugurée récemment. Dix autres sont en projet et devraient être finalisées courant 2022. « Il s’agit d’une technologie par voie humide qui fonctionne à partir de lisier de bovin frais raclé tous les jours, explique Guy Lemoine, responsable développement durable et RSE dans le groupe Advitam. Les unités de 33 et 44 kW correspondaient bien à la taille des élevages de la région. Les éleveurs n’ont pas besoin de se regrouper, ils peuvent investir seul. Le biogaz produit est transformé en électricité qui est revendue à EDF. » La coopérative s’est engagée dans cette production avec un partenaire, Agripower France. « La réflexion a démarré en 2015, et les premières installations ont vu le jour en 2018, indique-t-il. Comme il s’agissait d’une technologie nouvelle, il a fallu défricher et convaincre les banquiers. Nous proposons le concept aux éleveurs et montons avec eux l’ensemble du dossier. Agripower prend ensuite le relais. » L’investissement revient à 273 000 € pour une unité de 33 kW et 315 000 € pour celles de 44 kW, auxquels il faut ajouter 4 000 à 40 000 €, pour le raccordement à ERDF. « Les éleveurs sont très satisfaits, reconnaît Guy Lemoine. La vente d’électricité leur procure un complément de chiffre d’affaires d’environ 55 000 € pour les unités de 33 kW et 75 000 € pour celles de 44 kW. Ils disposent de digestats de qualité et il n’y a plus d’odeurs dans les bâtiments ou dans les champs, lors de l’épandage du lisier. »

En veille sur d’autres techniques

Les 28 microméthaniseurs installés produisent ensemble 8,27 millions de kWh électriques, soit les besoins en électricité de 20 000 foyers, et 8,7 millions de kWh thermiques que les agriculteurs utilisent pour chauffer leurs locaux, leurs habitations, voire leurs piscines. « Nous sommes aussi en veille sur d’autres techniques de valorisation de la biomasse en énergie, ajoute Guy Lemoine. Par exemple, pour la production d’hydrogène par pyrogazéification. »