Imprimer Envoyer par mail

Dossier Assurer la montée en gamme

réservé aux abonnés

Assurer la montée en gamme
M. Coisne

Alors que les filières bio, HVE ou encore label rouge montent en puissance, les OS doivent gérer ce délicat équilibre entre développement et saturation du marché.

Avec près de 12 % des surfaces en bio en 2020, d’après le recensement de l’Agence bio, les Pays de la Loire pointent à la 5e place du classement des régions. Plus généralement, les filières qualité sont nombreuses, notamment en élevage. Terrena investit ainsi à Ancenis (Loire-Atlantique), dans un abattoir pour des volailles de qualité (Nouvelle Agriculture, bio et label) et dans un silo bio dans la Vienne. Plus au sud, la Cavac a inauguré fin septembre 2021 un silo dernier cri à l’Herbergement (Vendée), certifié bio et destiné aux blés CRC produits localement. Yoann Méry, directeur de La Coopération agricole Ouest, s’interroge sur l’absorption des volumes par le marché : « Une montée en gamme s’est faite avec les SIQO, le bio, mais on sent des difficultés arriver pour commercialiser, en particulier en bio. Cela veut dire qu’il va falloir faire attention aux fermes entrant en conversion. » Il évoque en particulier les œufs, le lait et les volailles de chair.

Halte aux conversions

À la Cavac, où le bio a atteint 12 % (130 M€) du CA 2019-2020, « on arrive un peu à un plateau », reconnaît son directeur, Jacques Bourgeais. Sans inquiétude, car « nous avons toujours développé les surfaces au diapason des marchés. Après, les prix élevés du conventionnel (en productions végétales, NDLR) risquent de marquer un coup d’arrêt aux conversions, ajoute le dirigeant. Et le fait que les exploitations soient aptes au bio est lié aux conditions climatiques, donc le développement aurait de toute façon marqué le pas à un moment. » Outre les filières HVE, bio et les SIQO, le local a la cote. Après la Cavac qui a lancé sa bière, la Coopine, c’est au tour des Ets Pohu (Maine-et-Loire). La bière estampillée Mémé Germaine est le premier produit de la marque, le négoce comptant en lancer d’autres à l’avenir. L’orge provient de parcelles locales en ACS (agriculture de conservation des sols). Pohu mise sur Mémé Germaine pour faire la promotion de la démarche auprès des consommateurs et des agriculteurs.

Longue récolte et hausse des prix

Depuis quelques mois, comme partout, les distributeurs de la région subissent la hausse des prix des transports, de l’énergie et des matières premières. « On s’attendait à ce que sortis du Covid on souffle, mais cette phase d’inflation est quasiment plus anxiogène pour les entreprises », commente Jacques Bourgeais. « L’année est compliquée, abonde Vincent Bernard, délégué général de Négoce Ouest. En plus, en Pays de la Loire, les temps de collecte ont été très longs à cause de la météo. Là où d’habitude, il faut trois semaines, on a mis deux mois. Les équipes sont rincées, et le séchage augmente, alors qu’en parallèle l’énergie est plus chère. »

Contenu réservé aux abonnés Agrodistribution
pour vous connecter et poursuivre la lecture
1%

Vous avez parcouru 1% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à Agrodistribution
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Profitez de notre progressive web app
  • > Recevez les 4 newsletters
  • > Recevez 1 numéros chez vous
J'en profite !
Fin septembre, la Cavac a inauguré son nouveau silo de l’Herbergement, certifié bio et dédié en particulier aux blés CRC., M. Coisne © M. Coisne
Quelques mouvements entre entreprises

S’il n’y a pas de grands chamboulements dans la structuration de la distribution ligérienne en 2021, quelques actualités sont à noter. Les négoces Drouet et Agri Estuaire, appartenant au groupe finistérien La Source (Le Gall-Corre, désormais La Source Bretagne) ont fusionné sous le nom La Source Loire. Le groupe a aussi acquis le négoce Desfontaines en Vendée. Un autre négoce vendéen, Guyon (5 salariés, activités appros, collecte, fioul et nutrition animale), a lui été repris au 1er juillet par Hermouet. Depuis fin octobre, Terrena et Océane sont en négociations exclusives pour regrouper leurs producteurs de plein champ au sein de la coopérative maraîchère nantaise. 26 exploitations sont concernées, pesant environ 20 M€ de CA, soit la totalité des producteurs de plein champ de Terrena. Au sud de Nantes, la Cavac a absorbé la coopérative de La Planche. La structure, présente sur les activités appros, aliments et céréales, comptait trois salariés pour 1,6 M€ de CA, avec un site unique.

Imprimer Envoyer par mail