Imprimer Envoyer par mail

Brie alternative sort du « tout-phytos  »

réservé aux abonnés

-->
« Les livraisons et l’administratif ont été réduits, ce qui dégage du temps pour le commerce et la prospection physique », fait savoir Paul Bidaut, qui dirige à 25 ans le négoce seine-et-marnais. © Renaud Fourreaux

Du nouvel actionnariat de ce négoce francilien découle une stratégie basée sur la diversification des appros, la prospection physique et le démarrage de la collecte en tant qu’apporteur d’affaires pour le groupe Carré.

Implanté depuis 2004 en Seine-et-Marne, le négoce Brie alternative a été repris l’année dernière par le groupe Issipa constitué de la famille Bidaut (les parents et les deux frères). Cette structure détient Asel et Semences de l’Est (Aisne), Traitaphyt (Loiret) depuis janvier, et Brie alternative. À 25 ans, Paul Bidaut a ainsi pris les rênes de cette société fondée par Michel Lanquetuit. Formé à Agrosup Dijon, il a fait ses armes chez Asel, le négoce de son père, Olivier Bidaut, puis chez Carré pendant deux ans.

Des appros sans conseil

Le changement d’actionnariat s’est accompagné du déménagement du siège depuis La Rochette, près de Melun, à Nangis, à 30 km de là, où le négoce avait déjà son unique dépôt, dans une zone plus centrale par rapport à son activité. « Notre cœur de métier, présente Paul Bidaut, ce sont les clients autonomes, typiquement qui ont plus de 200 ha, achètent un conseil au Geda, au Ceta, à la chambre ou au conseiller privé, et cherchent chez nous de la réactivité et une cohérence dans les prix. » Au moins, chez Brie alternative, la question de la séparation du conseil et de la vente ne s’est pas posée.

Mais si l’ancien business model était de répondre aux appels d’offres, essentiellement phytos, de livrer dans la foulée en camionnettes, le nouveau est axé sur la diversification vers les engrais et les semences pour faire face à la baisse du marché phytos, et dans une logique à la fois de réponse à la demande et de prospection. « Nous avons la volonté de devenir un vrai fournisseur d’appros », résume Paul Bidaut. Brie alternative, depuis ses débuts chez Actura, est ainsi devenu membre de Nord négoce, centrale régionale elle-même adhérente d’Actura.

Davantage de commerce

Toutes les commandes (phytos, engrais, semences) supérieures à 1 tonne sont dorénavant livrées depuis le site Nord négoce de Cambrai. En dessous, c’est toujours depuis Nangis et en camionnettes. Par ailleurs, un responsable administratif et financier a été embauché au niveau d’Issipa. « On a réduit les livraisons, l’administratif, ce qui dégage du temps pour la prospection physique et le commerce, comme l’équipe le souhaitait », précise le jeune dirigeant.

Le territoire a alors été découpé en trois secteurs : l’Aube et la Haute-Marne gérées par Francis Marchal, dans l’entreprise depuis 2013 ; le sud de la Seine-et-Marne, le Loiret et l’Yonne suivis par la fille de l’ancien gérant, Florence Lanquetuit, dans l’entreprise depuis 2009 ; le nord de la Seine-et-Marne et le sud de la Marne, où la présence du négoce est renforcée par l’engagement d’un apprenti, Pierre Bataille. Paul Bidaut, de son côté, met en place la stratégie commerciale, tarifie et prépare les devis pour les appels d’offres. Il est épaulé par Michel Lanquetuit, qui conserve un rôle de consultant un jour par semaine.

25 000 t de grains pour 2021

L’entreprise seine-et-marnaise démarre également la collecte en tant qu’apporteur d’affaires pour Carré (comme Asel). C’est quelque chose que le négoce faisait déjà à la marge avec la société Thomas (Essonne), mais à raison de 3 000 t/an. « Là, rien que sur les trois derniers mois de 2020, nous en sommes à 16 000 t de grains et l’objectif minimum est de 25 000 t pour 2021, avance Paul Bidaut. Les agriculteurs stockeurs nous contactent pour vendre, ou nous les démarchons, et ensuite nous transmettons à Carré qui gère l’achat et la logistique. »

En chiffres

CA 2020 : 9,1 M€, 80 % phytos et adjuvants, 12 % engrais et oligoéléments, 8 % semences.

Objectifs : 10 M€ en 2021, 15 M€ en 2025.

5 départements couverts :

45, 51, 52, 77, 89.

1 500 clients dont 1 000 ayant au moins 5 000 € d’achats/an.

Imprimer Envoyer par mail