La première édition de « L'amidon en fête » de l'Usipa, le 27 novembre à Paris, a permis de dresser le portrait d'une filière française en pleine forme. Avec un CA de 3,1 Mds€ en 2017, la production française se stabilise à 3,2 Mt et affirme sa quatrième place au rang mondial et première en Europe. 75 % de son CA, en valeur, est aussi exporté chaque année, aux deux tiers vers l'Europe.

Environ 6 Mt de matières premières, dont 45 % de blé tendre, 37 % de maïs, 18 % de pommes de terre et moins de 1 % de pois, partent chaque année en amidonnerie. Ainsi, 18 % du blé tendre, 30 % des pommes de terre et 33 % du maïs produits en France sont valorisés par cette filière. « Malgré des récoltes fluctuantes, l'utilisation des différentes matières premières par l'amidonnerie est stable dans le temps, la filière assure donc un rôle stabilisateur sur la production de la ferme France », considère Thomas Gautier, délégué général de l'Usipa. Si le marché des produits amidonniers est mature, des ingrédients sont tirés par certaines tendances. Aujourd'hui, la demande en protéines et fibres croît alors que les besoins en énergie diminuent. Et la consommation mondiale de protéines végétales en alimentation humaine augmentant de 15 % par an, le gluten couvre désormais 17 % des ventes d'ingrédients de l'amidonnerie française en 2017, contre 10 % en 2012.

Lucie Petit